hg S’enregistrer Forum sur David James Elliott

Forum sur David James Elliott Index du Forum

hg David James Elliott, de sa vie à sa carrière, enfin la vie de cet homme !
hg
FAQ FAQ Rechercher Rechercher Membres Membres Groupes Groupes Profil Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Messages Privés Connexion Connexion
RIEN QU'UN REGARD ...
Aller à la page: 1, 2  > 
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum sur David James Elliott Index du Forum -> FanFic -> Tout public -> CATH
hg Sujet précédent :: Sujet suivant   hd
Auteur Message
Cath
Membres
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 219
Localisation: ILE DE FRANCE OU AU FIN FOND D'UNE FORET CANADIENNE ...
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

Posté le: Mar 10 Juin - 19:09 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Bonjour,
Moi, c'est Cath ... Je sais que ce n'est pas la place pour les présentations mais autant que vous sachiez à qui vous avez affaire ... Je vous livre ici ma première fic, pour faire plaisir à notre Sylvie...
Bonne lecture et bonne soirée ...


RIEN QU'UN REGARD... 
 
 
24 décembre - QG du JAG 
Bureau de Harm 
11h18 
 
 
Il la regarde marcher vers sa voiture... 
 
Il venait juste de sortir du tribunal quand elle pénétrait dans l'ascenseur. Il n'avait pas eu le temps de la rattraper ni de dire son nom que déjà les portes se refermaient sur elle. 
Il était revenu dans son bureau et de la fenêtre, il avait découvert la silhouette de la jeune femme qui sortait du bâtiment. La voyant partir ainsi d'un pas décidé vers son véhicule, il se demande où elle peut aller en cette fin de matinée du 24 décembre. 
Harmon Rabb Junior sort précipitamment de son bureau et se dirige vers celui de Bud. Il est tellement préoccupé qu'il heurte sans le vouloir le Lieutenant Sims. 
- Oh ! Harriet, je suis désolé... 
- Ce n'est rien, Monsieur, nous sommes tous un peu dans la lune aujourd'hui : l'esprit de Noël … 
- Vous avez raison, Harriet ! Le Colonel... 
- ... Est partie, Monsieur. Elle s'est absentée pour le reste de la journée. 
- Ah ! Elle n'a pas laissé de message pour moi ?  
- Non, Monsieur. Vous aviez besoin d'elle ? 
- Oui... enfin non ! Mais... Vous ne savez pas où elle est allée, par hasard ? 
- Non, le Colonel m'a simplement dit qu'elle serait peut-être un peu en retard, ce soir pour le réveillon, sans doute avait-elle encore quelques achats à faire pour ses cadeaux de Noël. Il y a un souci, Monsieur ? 
- Non, Harriet... mais je pensais déjeuner avec Mac... justement un dernier petit cadeau pour AJ. 
- C'est gentil, Monsieur, mais comme toujours le petit AJ sera trop gâté par le Père Noël... 
- Sans doute, Harriet, sans doute. 
 
Et aussitôt, le Capitaine Rabb, réellement perturbé par cet échange avec la charmante Madame Sims Roberts, tourne les talons et repart vers son bureau laissant la jeune femme très surprise par son attitude. 
 
 
Quelque chose ne va pas chez lui ? s'interroge Harriet. Comme si, il y avait quelque chose entre le Colonel et le Capitaine ! Depuis le temps…  
 
 
Avant que le Capitaine n'ait le temps de refermer la porte de son bureau, l'Amiral Chegwidden fait son entrée sur le plateau et annonce d'une voix presque joyeuse : 
     
  • Mesdames, messieurs, je pense que nous avons tous hâte de rejoindre nos familles et nos amis pour fêter Noël, aussi je vous propose de refermer vos dossiers et de regagner vos foyers. Nous avons tous fourni un travail considérable durant ces dernières semaines et ce ne sont pas les quelques heures que nous passerons encore ici, aujourd'hui, qui changeront la face du monde. Joyeux Noël à tous !
 
Le brouhaha général lui assure que tout le monde est heureux de ces quelques heures de repos supplémentaire. Mais il se dirige vers le bureau de Harm qu'il trouve en train de composer un numéro sur son portable. Dés qu'il aperçoit l'Amiral devant lui, le Capitaine referme prestement son téléphone et se lève. 
     
  • Amiral !
     
  • Repos, Capitaine ! C'est la trêve de Noël, considérez que votre supérieur est lui aussi en vacances.
     
  • Oui, Monsieur !
     
  • Nous nous retrouvons chez les Roberts, ce soir, n'est ce pas ?
     
  • Oui, Monsieur ! Comme tous les ans !
     
  • Et le Colonel sera des nôtres ?
     
  • Je pense, Monsieur !
     
  • Vous pensez ?
     
  • J'en suis certain. Enfin hier soir, il en était toujours question.
     
  • Et ce matin ? Demande AJ Chegwidden en scrutant le visage de son interlocuteur.
     
  • Ce matin, je n'ai pas parlé avec le Colonel Mackenzie. Elle était déjà partie quand je me suis … quand je suis sorti du tribunal.
     
  • Oui, c'est vrai, je le savais. Mais je pensais que vous aviez d'autres informations que moi.
     
  • Quelles informations, Monsieur ? demande Harm de plus en plus surpris par l'attitude de son supérieur.
     
  • Cela n'a pas d'importance, Capitaine. Je vous laisse, à ce soir. Profitez de votre repos avant la fête chez Harriet et Bud pour être plus convaincant.
     
  • Oui, merci Monsieur !
 
Et il regarde l'Amiral quitter son bureau cependant Harm n'a pas manqué de remarquer le sourire en coin de AJ. 
 
 
Convaincant ? En quoi puis-je être plus convaincant ? Est-il possible que Mac… lui ait dit quelque chose sur nous ? 
 
 
NOUS !  
Ce "Nous" qui existait depuis quelques semaines déjà… Depuis ce 21 septembre, premier jour de l'automne, ou sous une pluie battante, la voiture de la jeune femme avait fait un tête à queue et avait terminé sa course dans un fossé. Harm suivait sa partenaire au volant de sa corvette et il avait assisté, impuissant à l'accident. 
Il était sorti comme un fou de sa voiture pour porter secours à la jeune femme. Malgré le choc, Mac tentait déjà de s'extirper de l'habitacle. 
     
  • Non ! Mac, surtout ne bougez pas ! J'appelle les secours !
     
  • Harm ? Que c'est il passé ? Oh ! Oooohhh.

Et la jeune femme s'était évanouie.

Ce n'est qu'à l'hôpital qu'elle avait repris connaissance. Son esprit était encore un peu flou et elle ne savait pas trop où elle se trouvait. Un médecin était à son chevet. 
 
     
  • Que c'est il passé ? Où suis-je ?
     
  • Entre de bonnes mains, Colonel ! Je suis le Docteur Colls. Vous êtes aux urgences : vous avez eu un accident de la route et je peux simplement vous dire que vous avez eu beaucoup de chance. Juste une petite commotion et un magnifique hématome dû à la ceinture mais dans l'ensemble votre état est satisfaisant.
 
Mac avait écouté sans rien dire : en fait, elle ne se souvenait de rien sauf peut être du visage inquiet de Harm penché au-dessus d'elle alors qu'elle se sentait partir. 
 
     
  • Alors je peux sortir ?
     
  • Non, Colonel, c'est un peu prématuré, je vous garde encore quelques heures. Je vais laisser entrer l'énergumène en uniforme qui a failli défoncer cette porte à deux reprises pour vous voir. Sauf si vous ne le souhaiter pas, bien sûr ?
     
  • Energumène ? Oh oui ! Le Capitaine Rabb ! Oui, vous pouvez le laisser venir sauf si vous tenez à … Oh ma tête !
     
  • Vous comprenez pourquoi je souhaite vous garder encore un peu. Ajouta le médecin d'un air entendu. Nous vous avons donner des calmants dans cette perfusion et je vous revois tout à l'heure.
     
  • Merci Docteur.
 
Le Dr Colls sortait de la chambre et aussitôt Harm faisait son entrée, presque sur la pointe des pieds. Il portait à la main le sac de voyage que le Marin's laissait toujours dans son coffre de voiture, au cas ou. 
 
- Mac ? Je peux ? J'ai votre sac. 
- Oui ! Harm vous pouvez entrer. Je suis un peu K.O. mais tout à fait lucide maintenant. 
- J'aime mieux ça ! Vous vous sentez bien ? 
- A part un mal de crâne terrible, on peut dire ça ! 

Il était venu s'asseoir à son chevet et lui avait pris la main.
 
     
  • Qu'est ce qui c'est passé ? Demanda Mac.
     
  • Vous rouliez un peu trop vite, à mon avis …
     
  • Trop Vite ?
     
  • Comme d'habitude, Mac ! Vous roulez toujours trop vite.
     
  • Harm, ce n'est vraiment pas le moment de me faire la morale : cela ne vous arrive jamais de faire de la vitesse autrement que dans un avion … Oh … ma tête !
     
  • Oui mais moi je boucle ma ceinture sur terre comme dans les airs.
     
  • J'avais ma ceinture !
     
  • Je sais ! Heureusement pour vous, sinon nous n'aurions pas cette conversation … amicale.
     
  • Ma voiture ?

Devant la moue dubitative de son partenaire, la jeune femme s'attendait au pire.
     
  • Disons qu'elle est beaucoup plus amochée que votre caboche de Marin's. Répondait le pilote.
     
  • C'est à ce point ?
     
  • Oh ! Elle va rouler beaucoup moins bien maintenant. On peut même dire qu'elle ne roulera sans doute plus jamais.

Mac ferma les yeux en soupirant :
     
  • On dirait que j'ai vraiment eu de la chance !
     
  • Oui, Mac ! Et moi aussi.
     
  • Vous aussi ? Vous avez été pris dans l'accident ?
     
  • Non mais que serai-je devenu sans vous ?
     
  • Harm …
     
  • Mac ?
 
Elle ferma les yeux de nouveau : Harm ne lâchait pas sa main et elle sentait la chaleur de cet homme lui remonter jusqu'au cœur. Son esprit, quelque peu embrouillé, n'arrivait pas à faire la part des choses. Que venait-il de dire ?  
Que serai-je devenu sans vous ? 
Serait-il possible qu'il dise enfin ces mots qu'elle attendait de lui depuis si longtemps ? 
 
Mac sentait ses paupières devenir de plus en plus lourdes : les calmants devaient commencer à faire de l'effet. Elle n'avait plus envie de parler, juste de sentir la présence de son pilote près d'elle et sa main dans la sienne. 
     
  • Mac ?

Il sentait qu'elle s'abandonnait dans un sommeil réparateur et qu'elle était déjà loin de lui.
     
  • Sarah ? Je t'aime, Sarah Mackenzie ! Ne me fais plus jamais une telle peur !
 
Il l'a dit. Il m'a dit qu'il m'aimait ! Oh ! Harm, mon amour … 
 
 
A SUIVRE …


Merci de votre attention ...
 

_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






Posté le: Mar 10 Juin - 19:09 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Revenir en haut
Sylvie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 7 834
Localisation: QG du JAG - France
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon

Posté le: Mar 10 Juin - 19:49 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Wow !   Je suis ravie que te décides à nous le poster ton petit chef d'oeuvre !
_________________
Sylvie
Harm : Vous avez un homme qui vous aimera toujours.
Mac : Et vous avez une femme qui vous aime !
 
Revenir en haut
MSN
angel64
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 2 990
Localisation: Pyrénées Atlantiques
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

Posté le: Mer 11 Juin - 22:19 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Super. Ca commence bien. J'attends la suite avec impatience. "Elle va rouler beaucoup moins bien maintenant" Ca me rappelle quelque chose Dis-moi, Sylvie, tu l'as déjà lue cette fic ? Pas juste !
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Sylvie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 7 834
Localisation: QG du JAG - France
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon

Posté le: Jeu 12 Juin - 00:28 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

ET oui ! J'ai eu ce plaisir.... Il y a beaucoup de forums, même si certains déclinent doucement ! J'ai lu cette fic, comme Cath a lu les miennes ailleurs que sur les fos que nous fréquentons habituellement !


Quant à la petite phrase qui te dit quelque chose, c'est curieux car j'ai eu exactement la même réaction ! Allez savoir pourquoi ? Mort de Rire
_________________
Sylvie
Harm : Vous avez un homme qui vous aimera toujours.
Mac : Et vous avez une femme qui vous aime !
 
Revenir en haut
MSN
Cath
Membres
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 219
Localisation: ILE DE FRANCE OU AU FIN FOND D'UNE FORET CANADIENNE ...
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

Posté le: Jeu 12 Juin - 00:55 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Je vois que nous avons toutes les mêmes références ... cinématographiques ...   Un petit jeu ??? Vous me dites quel film et je mets un suite ...
Bonne nuit ...
Cath
_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sylvie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 7 834
Localisation: QG du JAG - France
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon

Posté le: Jeu 12 Juin - 01:49 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Le Corniaud ! (aucun rapport avec le héros de ton histoire...)  Sans hésitation.... J'adore Bourvil (bien plus que DeFunès) avec sa deudoche en vrac   ... J'ai adoré ce film....
_________________
Sylvie
Harm : Vous avez un homme qui vous aimera toujours.
Mac : Et vous avez une femme qui vous aime !
 
Revenir en haut
MSN
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Jeu 12 Juin - 18:38 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

pour ce début très prometteur!!!!! quand à cette fameuse réplique elle me dit aussi qqch puisque je suis fan de louis de funes..
ent tout cas c un bon début mais ou est la suite promise?? Mr. Green
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Cath
Membres
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 219
Localisation: ILE DE FRANCE OU AU FIN FOND D'UNE FORET CANADIENNE ...
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

Posté le: Jeu 12 Juin - 19:33 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... SUITE Répondre en citant

 
Désolée, j'étais encore en vadrouille ... Je rentre à l'instant !  
Voici la suite ... Bonne lecture  
 
 
 
RIEN QU'UN REGARD... SUITE  
 
 
 
24 décembre - QG du JAG  
11H43  
Bureau de Harm.  
 
Cela fait trois fois qu'il tombe sur la messagerie de sa partenaire. Il y a juste douze minutes que l'Amiral est sorti de son bureau, laissant Harm un peu déconcerté par les questions qu'il lui avait posé.  
 
Questions qui tournaient sans cesse dans la tête  
 
 
Est-il possible que Mac… lui ait dit quelque chose sur nous ?  
 
 
"NOUS", Sarah et moi, moi et Sarah …  
Ce "nous" qui ne voulait plus tout à fait dire la même chose depuis presque quatorze semaines.  
Quatre-vingt quatorze jours exactement aurait dit Mac avec son habituel sens du timing. Harm n'avait pas compté les heures, les minutes ou les secondes de bonheur qu'il avait passé près d'elle depuis que le Dr Colls l'avait laissée sortir de l'hôpital. Mais chacun de ces instants valaient tout l'or du monde à ses yeux.  
Quand le docteur avait vu cet officier de l'Aéronaval faire le siège du bureau des infirmières pour retrouver la jeune femme que les secours venaient d'amener, il lui avait poser la question :  
  • Vous êtes de la famille ?
     
  • Son ami, Docteur !
 
Ce cher Colls avait déduit que ce type était le "petit ami" de ce charmant colonel des Marin's. Quand il était revenu dans la chambre, il l'avait trouvé assis au chevet de la blessée, lui tenant la main alors qu'elle s'était endormie.  
 
Pas de doute, ce Capitaine est raide dingue de cette femme !  
 
  • OK ! Dit Colls en voyant Mac se réveiller. Je vous laisse sortir, Colonel, si vous me promettez d'être on ne peut plus raisonnable.
     
  • Promis, Docteur. Et quand pourrai-je reprendre mon travail ?
     
  • Pas avant une dizaine de jours ! De toute façon, même vous qui êtes un Marin's, vous en serez incapable avec le choc que vous avez eu. Vous allez souffrir encore quelques jours de courbatures qui vont disparaître petit à petit. Bien entendu, vous ne restez pas seule durant les prochaines 48 heures. Je vous aurai bien gardé mais …
     
  • Je m'occupe d'elle, Docteur. Avait répondu Harm immédiatement.
     
  • C'est bien ce que je pensais Capitaine. Je vais signer vos papiers de sortie, je vous envoie une infirmière pour vous aider. Je vous revois dans trois jours.
     
  • Merci Docteur.
Colls allait passer la porte quand soudain il se ravise :

       - Colonel, quand je dis "raisonnable", j'entends dans tous les sens du terme !

 
 
Les deux militaires n'osaient même plus se regarder. Mac avait retiré sa main de celle de Harm et ce dernier fixait la pointe de ses chaussures mais déjà le médecin était hors de la pièce.  
 
  • Il a cru que nous …
     
  • Je sais ce qu'il a cru, Harm ! Avouez que cela ne vous déplaît pas qu'il pense que …
     
  • Nous sommes ensemble ? Non, Mac ! Cela ne me déplaît pas du tout, au contraire, j'en suis même très flatté. Encore que …
     
  • Pardon ?
     
  • Ce cher Docteur Colls ne vous connais pas sous votre meilleur jour.
     
  • Que voulez vous dire ?
     
  • Il semblerait que vous ne vous soyez pas vu dans un miroir, Mac.
 
Devant l'air ahuri de la jeune femme, il continuait avec un léger sourire en coin :  
  • Je vous ai dit que vous n'étiez pas aussi amoché que votre voiture mais nous avons à déplorer quelques griffes sur votre joli front têtu et vous n'aurez plus besoin de vous maquiller les yeux pendant quelques jours
     
  • Vous avez un don certain pour parler aux femmes … Dégagez de la zone avant que je vous arrange les yeux à mon tour, Pilote !
     
  • A vos ordres, Colonel !
 
Déjà l'infirmière était là et une dizaine de minute plus tard, les deux amis quittaient le service. En les voyant partir, le Dr Colls ne pouvait s'empêcher de penser :  
Un Colonel des Marin's et un Capitaine de l'Aéronaval … Si ces deux là font des enfants, pas de souci à se faire pour les Forces Armées des Etats Unis … Quel beau couple … Tout ce qu'on peut lire dans leurs yeux …  
 
 
Harm était aux petits soins pour Mac, l'aidant à s'installer dans la corvette. La jeune femme eut une grimace de douleur, ce qui ne manqua pas d'attirer l'attention de son partenaire.  
  • Vous auriez certainement mieux fait de rester au moins une nuit ici …
     
  • Non ! Harm, il n'en est pas question.
Déjà la voiture démarrait en douceur.

  • Et puis, vous avez dit à Colls que vous alliez vous occuper de moi. Est-ce que vous vous défilez, Pilote ?
     
  • Pas le moins du monde, Madame ! Chez vous ou chez moi ?
     
  • Chez moi ! Je rêve d'un bon bain et vous n'avez qu'une douche.
     
  • Certes, mais étant donné le mal que vous avez à vous asseoir dans ma voiture … Je vais être obligé de vous déposer moi-même dans votre baignoire ! Ajouta le Capitaine avec un léger sourire.
     
  • Ne rêver pas, Harm ! Répondit Mac en rougissant.
     
  • On verra !
     
  • C'est tout vu !
     
  • Hey ! Du calme, Mac … J'ai téléphoné à Harriet de l'hôpital, elle nous rejoint chez vous … Elle vous aidera à vous installer pendant que j'irai faire quelques courses pour le dîner et je prendrai ensuite mon tour de garde pour les prochaines heures.
     
  • Vous avez pensé à tout !
     
  • Surtout à votre intimité ! Vous avez faim ?
     
  • Je n'ai rien dans le ventre depuis ce matin … alors oui, j'ai faim !
     
  • Donc tout est pour le mieux … Je vais même vous offrir le plus gros steak possible pour votre repas de ce soir …
     
  • Je ne sais pas si cela est raisonnable mais merci quand même, Flyboy !
 
Mac avait présumé de ses forces et l'aide d'Harriet lui avait été des plus précieuse. Rien que le fait de se retrouver dans son appartement lui donnait le vertige. Harm avait laissé les deux amies juste le temps d'aller chercher des affaires chez lui et de faire quelques courses. En un temps record, il était de retour.  
 
  • Elle dort ! Avait dit Harriet en lui ouvrant la porte.
     
  • Ça ne m'étonne pas ! Et l'opération "bain" de notre chère colonel ?
     
  • Pas très facile, elle est couverte de bleu. Elle souffre beaucoup et croyez-moi, elle n'a pas rechigné pour prendre ses calmants.
     
  • Merci Harriet ! Vous êtes une véritable amie pour nous … enfin pour Mac … Euh …
     
  • Pour vous deux, Monsieur !
     
  • Harm ! Harriet, nous ne sommes pas au JAG …
     
  • Alors, Harm ! J'espère être une véritable amie pour vous deux, tout simplement.
     
  • N'ayez aucun doute sur ce point. Répondit-il en déposant un léger baiser sur sa joue. Je prends le relais.
     
  • Dans ce cas, je vais rejoindre ma petite famille. Heureusement que nous sommes vendredi, vous allez passer le W.E. avec elle ?
     
  • Oui, demain j'aimerai m'occuper de sa voiture aussi, si vous pouvez lui consacrer un peu de votre temps pendant mon absence ?
     
  • Sans problème, Harm … A demain.
     
  • A demain, bonsoir à Bud et une grosse bise aux deux garnements. Merci encore !
 
Une fois seul, Harm jeta un œil dans la chambre où la femme de ses rêves dormait, assommée par les calmants. Il s'approcha du lit et passa doucement un doigt sur la joue de sa belle endormie.  
 
  • Demain, Sarah, tu vas ressembler à un boxeur mais ce n'est pas grave, tu resteras toujours la plus belle à mes yeux. Je t'aime !
 
Il se serait bien allongé près d'elle pour la prendre dans ses bras mais il n'était pas certain que ce corps délicat et meurtri ne souffre de sa tendre étreinte. Au lieu de ça, il lui restait le canapé. Ce n'est qu'une fois assis dans le salon qu'il prit conscience de sa propre fatigue. Il n'avait même pas le courage de se préparer quelque chose à manger et il s'endormit aussitôt que son grand corps eut trouvé sa place sur ce canapé trop petit pour lui.  
 
 
Vers 1 heure du matin, au beau milieu son rêve, le pilote entendit une voix appeler : c'était Mac, il en était sûr mais il ne la trouvait pas. Soudain, il se réveilla tout à fait en tombant du canapé. Il était chez elle et elle l'appelait toujours d'une voix angoissée. Il n'était plus dans son rêve et il se rua vers la chambre en bousculant au passage une commode.  
 
  • Sarah ! Je suis là, tout va bien ma Chérie … ne crains plus rien !
     
  • Harm ? Mais … la pluie … l'accident ?
     
  • C'est fini, ce n'est plus qu'un mauvais souvenir !
     
  • Je me souviens de tout …
     
  • Je sais, Sarah !
     
  • Quel choc ! J'ai mal partout !
     
  • D'après Harriet, ton corps n'est qu'une multitude de bleu !
Il avait pris la jeune femme délicatement dans ses bras et elle retrouvait son souffle.

 
  • Harm ?
     
  • Oui, Mac ?
     
  • Vous m'avez appelé "ma chérie" ?
     
  • Oui Sarah !
     
  • Vous m'avez dit "Je t'aime" ?
     
  • Là, vous étiez sensée dormir …Dit-il en reprenant le vouvoiement habituel entre eux.
     
  • Alors je rêvais ?
     
  • Pas tout à fait je l'avoue …
     
  • Alors il a suffit que je manque de me tuer pour que vous … Que tu me dises enfin ces mots là.
     
  • Oui, je crois que j'en ai enfin eu le courage. Tu m'as fait une telle peur !
 
Elle retrouvait son calme dans les bras de l'homme qu'elle aimait depuis si longtemps en silence. Malgré les douleurs qui irradiaient tout son corps, elle appréciait le contact de ses mains sur sa peau. Il lui communiquait sa force dans cette douce étreinte.  
 
  • Ce n'est pourtant pas la première fois … que je risque de mourir sous tes yeux ?
     
  • C'est certainement une fois de trop ! Plus que je ne pourrais sans doute en supporter.
     
  • Alors c'est vrai ?
     
  • Qu'est ce qui est vrai, Sarah ?
     
  • Que … Que tu m'aimes ?
     
  • Oui, je t'aime, Sarah Mackenzie. Et je suis fou d'avoir attendu tout ce temps pour te le dire enfin.
     
  • Et qu'est ce que tu attends pour m'embrasser, Flyboy ?
 
Déjà leurs lèvres s'étaient trouvées pour le plus doux des baisers mais la passion aidant, l'étreinte de Harm se faisait plus forte et Sarah laissa échapper un gémissement de douleur.  
 
  • Je suis désolé, ma Chérie. Disait il en se séparant prestement de la jeune femme. Je te fais mal.
     
  • Le moindre geste me fait souffrir. J'ai voulu me lever mais j'ai la tête qui tourne …
     
  • Et où voulais-tu aller à 1 heure du matin ?
     
  • … A la salle de bain … Et puis, j'ai faim ! Annonça-t-elle d'un ton ferme.
     
  • Ah ! Oui, bien sûr. Si je t'y conduis, tu vas pouvoir t'en sortir seule ?
     
  • Oui ! Enfin je crois … Quand même, je suis un Marin's … J'en ai vu d'autres !
     
  • Hum ! Un Marin's un peu cabossé …
     
  • OK ! Matelot, faites votre devoir de garde-malade ! On verra après …
Harm la souleva délicatement dans ses bras et la conduisit à la salle de bain.

  • Tu m'appelles quand tu as terminé, pendant ce temps je vais voir pour nous préparer un petit quelque chose à grignoter. Ça va aller ?
     
  • Je crois ! Merci … Mon Chéri !
     
  • Pas de quoi … Ma Chérie !
Ils avaient ri tous les deux de ces petits mots si nouveaux pour eux.


 
Quelques instants plus tard, ils étaient installés dans le salon pour prendre le temps de manger les sandwichs que Harm avait préparés tout en buvant un verre de lait.  
  • Le gros steak attendra demain !
     
  • Seigneur, j'aurai été incapable d'avaler un morceau de viande aujourd'hui …
     
  • Sarah ! C'est toi qui dit ça, je ne te reconnais pas !
     
  • C'est peut être l'amour qui me coupe l'appétit.
     
  • L'amour ?
     
  • Oui, l'amour ! Depuis le temps que j'attendais que tu te décides enfin …
     
  • Et maintenant, tu sais ce qui t'attend ?
     
  • Non ?
     
  • Ton lit ! Aller oust Soldat ! Je te ramène dans ta chambre. Dit-il en la prenant dans ses bras.
     
  • Oui, mais …
     
  • Mais quoi ?
     
  • Tu ne vas pas m'y laisser seule ?
     
  • C'est une invitation ?
     
  • A ton avis ? Et puis ce ne serait pas la première fois que nous dormons ensemble.
     
  • Bien sûr, mais maintenant c'est différent : tu sais que je t'aime … et …
     
  • Et alors ? Tu as peur de moi ?
     
  • Non, de moi ! Et Colls a dit "raisonnable dans tous les sens du terme" …
     
  • Harm ! Si ce n'est pas aujourd'hui, ce sera pour un autre jour … Bientôt … Nous avons attendu si longtemps !
     
  • Je sais, nous rattraperons le temps perdu …
Et depuis quatre-vingt quatorze jours, ils avaient bien rattrapé le temps perdu !

A SUIVRE …

Et voilà ...Bonne soirée à vous,
Cath

 
 
 

_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ginie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 6 266
Localisation: Dans les bras de Jackson hihi on y est trop bien !!!
Féminin Cancer (21juin-23juil) 虎 Tigre

Posté le: Jeu 12 Juin - 23:08 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Quel plaisir de la relire


_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Sylvie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 7 834
Localisation: QG du JAG - France
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon

Posté le: Jeu 12 Juin - 23:24 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

J'adore ! Juste ce qu'il fallait pour me remonter le moral..... Mais j'ai envie de relire la   !
_________________
Sylvie
Harm : Vous avez un homme qui vous aimera toujours.
Mac : Et vous avez une femme qui vous aime !
 
Revenir en haut
MSN
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Ven 13 Juin - 08:21 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

moi aussi veux la suite!!
_________________
 
Revenir en haut
MSN
angel64
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 2 990
Localisation: Pyrénées Atlantiques
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

Posté le: Ven 13 Juin - 13:25 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Elle est toujours aussi bien. J'attends la suite ! Ne repars pas "en vadrouille" !
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Cath
Membres
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 219
Localisation: ILE DE FRANCE OU AU FIN FOND D'UNE FORET CANADIENNE ...
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

Posté le: Ven 13 Juin - 13:31 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

Hélas, je suis déjà en retard ... à ce soir pas avant 24.00 ...
Bonne journée ...
Bises,
Cath
_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Ven 13 Juin - 21:42 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... Répondre en citant

pour moi ce sera demain alors la suite... bonne écriture!!
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Cath
Membres
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2008
Messages: 219
Localisation: ILE DE FRANCE OU AU FIN FOND D'UNE FORET CANADIENNE ...
Féminin Vierge (24aoû-22sep)

Posté le: Sam 14 Juin - 18:01 (2008)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ... SUITE Répondre en citant

Bon nous y voilà ... samedi après-midi, je me pose enfin à mon ordi, histoire de vous offrir un peu de lecture pour votre fin de semaine ... 
 
 
 
 
 
RIEN QU'UN REGARD... SUITE  
 
 
 
24 décembre - QG du JAG 
11H57 
Bureau de Harm. 
 
Harm est toujours perdu dans ses pensées quand Harriet et Bud se présentent à la porte de son bureau. 
     
  • Monsieur ? Vous ne partez pas ? Demande Bud.
     
  • Pardon ? Ah oui Bud ! Si, je vais y aller pour profiter moi aussi de cet après-midi de liberté. Encore quelques minutes …
     
  • Il n'y a plus que l'Amiral et vous, Monsieur …

Le Capitaine jette son portable sur le bureau avec un geste d'impatience :
     
  • Je n'arrive pas à joindre Mac …
     
  • Elle avait sans doute un rendez-vous et elle aura coupé son téléphone. Se hasarde Harriet.
     
  • Un rendez-vous ? Le 24 décembre ? Elle vous a dit quelque chose, Harriet ?
     
  • Non, Monsieur ! Mais le Colonel ne me dit pas tout … Même si nous sommes de très bonnes amies.
     
  • Pardonnez-moi, Harriet. Allez, vous avez raison tous les deux, il est temps de fermer la boutique et de penser à Noël …
 
Quelques minutes plus tard, il monte dans sa voiture. Sans vraiment savoir pourquoi, il se retrouve sur le parking du centre commercial que Mac et lui fréquentent pour faire leurs achats. 
Après tout, elle avait encore des achats à faire, Mac me l'avait dit il y a deux jours. Harriet a sans doute raison… 
 
 
Il y a un monde fou et il sait très bien qu'il ne trouvera jamais sa partenaire dans cette cohue. Alors il décide de battre en retraite et de rentrer chez lui. Sur le chemin du retour, il revoit les dernières semaines passées près de Sarah. Une certaine harmonie s'était installée dans leur couple : Ils étaient heureux de s'être enfin avoué leur amour même si au JAG, personne n'était au courant. 
 
Harm ne peut s'empêcher de penser aux hommes qu'il a vu aux cotés de Sarah presque autant que les jolies femmes qui se sont pendues au cou du pilote sous les yeux de l'avocate. Il n'oublie pas non plus le nombre de fois ou il a pensé la perdre à jamais. Combien de fois, son cœur avait explosé dans sa poitrine quand elle était en danger. Il avait même démissionné du JAG pour aller la rechercher au Paraguay et tant d'autres choses encore. 
 
Sarah avait été là aussi pour lui : elle lui avait sauvé la mise plus d'une fois. Elle l'avait accompagné dans sa quête pour retrouver son père. Elle l'avait soutenu quand il avait découvert la mort de celui-ci en Russie. Pour la garde de Mattie, elle avait dit au juge qu'il était le père qu'elle aurait souhaité pour ses enfants. Elle avait annulé son mariage avec Mic quand il était porté disparu en mer lors du crash de son F14. 
 
Oui, Sarah avait toujours été là au bon moment pour lui. 
 
 
Et maintenant qu'ils sont enfin réunis, Harm sent qu'il a toujours peur de la perdre, comme si rien n'était définitivement écrit pour eux deux.  
 
Comme s'il manquait un engagement entre nous ? 
 
 
Un engagement …  
 
A vrai dire, depuis qu'ils étaient ensemble, aucun des deux ne s'étaient vraiment installé chez l'autre, à peine une brosse à dent et quelques vêtements laissés là par hasard. Ils passaient presque toutes leurs nuits ensemble mais ils repartaient le matin avec un sac de voyages en permanence dans le coffre de leur voiture. 
 
Sarah dit souvent que je me défile … Pourtant, je lui donne chaque jour des preuves de mon amour ! Je n'arrive pas à comprendre ce qui se passe depuis quelques jours ? 
 
 
En effet, depuis presque une semaine, Sarah paraissait un peu soucieuse et aujourd'hui, ce silence ne pouvait que l'interpeller un peu plus. Harm n'avait toujours pas réussi à joindre la jeune femme, ni sur son portable, ni chez elle : c'était toujours la messagerie. Il avait laissé un nombre incalculable de message sans aucun résultat. 
 
Il avait passé l'après-midi à traîner dans son appartement, à lire un dossier, à jouer de la guitare sans vraiment arriver à se concentrer. Un seul mot occupait son esprit : Sarah. 
 
 
Il doit être environ 16h30 quand il jette enfin un œil dehors : Il neige et il ne s'en était même pas rendu compte. Il fait le tour de son appartement avec un certain vague à l'âme quand soudain son regard s'arrête sur une photo dans un cadre, c'est la photo de son père avec lui aux commandes de l'avion. Il sait enfin ce qu'il doit faire. 
 
 
Harm remet son uniforme de Capitaine de Frégate avec ses décorations, enfile son manteau et quitte son appartement : lui aussi a un rendez-vous. 
 
 
………… 
 
24 décembre  
17h15 
War Vietnam Mémorial. 
 
La circulation est dense en cette vielle de Noël et Harm met un certain temps pour atteindre le mémorial. C'est le rendez-vous de tous les 24 décembre depuis qu'il est à Washington. 
Il vient se recueillir et retrouver le souvenir de son père, Harmon Rabb Senior, parce que le 24 décembre 1969, celui ci n'est pas rentré de mission. 
 
Harm se souvient que Sarah était avec lui pour le Noël précédent : Elle avait tenu à l'accompagner, et ce n'était pas la première fois qu'elle le faisait. Elle avait mis sa main dans la sienne quand elle avait senti qu'il était au bord des larmes. Il faisait un froid terrible ce jour là, comme aujourd'hui, alors Harm avait passé son bras autour des épaules de sa partenaire et il l'avait serré contre lui. Ils avaient senti aussitôt une douce chaleur les envahir. Ce n'était qu'une illusion mais tellement réconfortante pour l'un et l'autre. 
 
 
Harm n'est plus qu'à une dizaine de mètre de l'endroit où est écrit le nom de son père quand soudain il est stoppé dans sa marche. Son cœur bat la chamade mais il reste figé sur place : elle est là. 
 
 
Sarah est devant le mur. Elle est encore en uniforme. Le Colonel Sarah Mackenzie du Corps des Marin's des Etats Unis est venue rendre hommage au Lieutenant Harmon Rabb senior. 
 
 
Harm est incapable de faire un pas de plus. Il la regarde comme si plus rien d'autre n'avait d'importance dans sa vie que de la voir là, devant ce mur. Elle passe les doigts sur les lettres gravées comme il l'a fait si souvent. Et avec une extrême lenteur, elle pose sa main droite sur son ventre, puis sur ses lèvres pour un tendre baiser et de nouveau sur le nom incrusté dans la pierre. Elle baisse les yeux, recule d'un pas et exécute le salut militaire avec la grâce qu'il lui connaît. Encore quelques secondes et elle tourne les talons et elle s'en va dans la direction opposée. 
 
Sarah n'a pas vu Harm et il n'a pas osé l'appeler. 
 
 
…………… 
 
 
Malgré la neige et le froid, il y a beaucoup de monde devant le mur en cette fin d'après-midi mais enfin Sarah arrive à sa voiture. Elle remarque aussitôt la corvette de son amant garée à peine à une dizaine de mètre de son véhicule. 
Il est là, bien sûr ! J'aurai dû m'en douter : cette sensation étrange de sentir un regard sur moi quand j'étais devant le nom de son père… Il est temps que je réponde à ses messages ! 
 
 
Elle prend son téléphone portable et compose un message qu'elle envoie sur celui de Harm. 
"Je t'attends à 19 h chez moi. Je t'aime. Sarah." 
Et elle démarre aussitôt. 
 
Avec un peu de chance, j'aurai le temps de prendre un bon bain bien chaud avant qu'il n'arrive. Et puis de toute façon, il sera certainement en retard … comme d'habitude. Heureusement que j'ai déjà prévenu Harriet … 
 
 
………… 
24 décembre  
18h55 
Appartement de Sarah. 
 
La jeune femme avait largement eu le temps de se préparer pour la soirée chez les Roberts. En rentrant chez elle, elle avait trouvé pas moins de 7 appels venant de Harm sur son répondeur. 
 
Plus les 5 messages sur le portable … On dirait que vous ne pouvez plus vous passer de moi, Pilote ! Douze appels depuis ce matin, 11 heures 31 exactement, voilà de quoi ravir le cœur d'une femme … 
 
 
Elle met une dernière touche à son maquillage quand elle entend les trois coups frappés à sa porte. 
 
18h57 …Impossible ! Ce serai bien la première fois qu'il est à l'heure ! 
 
 
C'est pourtant Harm qui se trouve à la porte. 
     
  • Hey ! Salut Pilote ! Trois minutes d'avance …
     
  • Comme quoi tout peut arriver, Marin's !

Elle remarque aussitôt qu'il n'est pas tout à fait dans son état normal.
     
  • Tu ne m'embrasses pas ?
     
  • Pardon, Sarah, je manque à tous mes devoirs …
     
  • D'amoureux transi ?
     
  • Par le froid, oui et par l'amour aussi !
 
Et il la prend dans ses bras et l'embrasse passionnément. Quand ils se séparent enfin après cette étreinte, Sarah est un peu surprise d'une telle fougue. 
     
  • On dirait que tu ne m'as pas vue depuis une éternité !
     
  • Depuis cette nuit, tu veux dire … Enfin, tu étais déjà partie de chez moi quand je me suis réveillé. Et je t'ai à peine aperçue quand je suis sorti du tribunal ce matin.
     
  • J'avais beaucoup de chose à faire aujourd'hui, des rendez-vous importants …
     
  • Au point de couper ton portable ?
     
  • Oui ! Tu m'as quand même laissé 12 messages … Je t'ai manqué à ce point ?
     
  • Tu n'as pas idée.
 
Il la regarde avec une telle passion qu'elle en est chavirée. Il faut qu'elle lui parle d'une chose importante mais elle ne sait pas si le moment est bien choisi. 
     
  • Sarah … Tu es magnifique. Dit-il comme s'il venait seulement de le remarquer.
     
  • Merci, Tu n'es pas mal non plus ! D'habitude, tu ne portes pas ton uniforme de gala pour le réveillon chez Harriet et Bud ?
     
  • Ce soir n'est pas un soir comme les autres …
     
  • Ah bon ?
     
  • J'ai pris une décision importante, sans doute la plus importante de ma vie … Et j'ai pris cette décision quand … je t'ai vu au mur. J'arrivais juste quand tu repartais … Nous aurions pu y aller ensemble comme l'année dernière.
     
  • Oui, je sais mais … Il fallait que j'y aille seule … J'avais besoin d'un tête à tête avec ton père !
 
Harm est surpris que la femme qu'il aime, soit allée au Mémorial pour s'adresser à son père comme il le fait lui-même depuis si longtemps.  
     
  • Tu es allée te plaindre de moi. Dit-il avec un léger sourire en coin. C'est ça ?
     
  • Pas tout à fait … Mais, dis-moi, cette décision importante me concerne-t-elle ?
     
  • Oui, ma Sarah, elle nous concerne tous les deux. Et il sort de sa poche un écrin en velours rouge un peu vieilli par le nombre des années. C'est pour toi, ma Chérie !
     
  • Tu m'offres déjà mon cadeau de Noël ?
     
  • Ce n'est pas un cadeau, c'est autre chose …
 
Il ouvre l'écrin et présente à Sarah une bague ornée d'un diamant entouré par deux saphirs. 
     
  • Mon grand-père a offert cette bague de fiançailles à ma Grand-mère en 1939. Mon père l'a offert à ma mère quand il l'a demandée en mariage …
     
  • Et ?
     
  • Elles me l'ont donnée toutes les deux, il y a déjà quelques années, en disant qu'elle devrait être portée par celle qui deviendra ma femme …
     
  • Harm ?
     
  • Sarah Mackenzie ! Acceptes-tu de devenir ma femme ?
 
Sarah ne sait plus quoi dire : elle reçoit enfin cette demande qu'elle attendait depuis si longtemps. 
     
  • Harm ! C'est si … Mon Dieu … Je ne sais plus … quoi dire ?
     
  • Il me semble que la réponse doit être … oui … ou non !

Alors elle se jette dans les bras de cet homme qui vient de lui demander sa main.
     
  • Oui, Harm ! Cent fois … Mille … dix mille fois "Oui".
     
  • Oui, quoi ?
     
  • J'accepte. Tu fais de moi la plus heureuse des femmes …
 
Après une nouvelle étreinte très passionnée, les deux amoureux se séparent juste le temps de mettre de l'ordre dans leurs idées. Sarah a les yeux pleins de larmes tant l'émotion qu'elle ressent est grande. 
 
     
  • Mon amour, ne pleure pas. Ton maquillage ne va pas y résister.
     
  • Et toi, tu devrais retirer le rouge à lèvres que tu as sur la bouche … Et pour le JAG ?
     
  • Nous verrons ça avec l'Amiral mais il est peut-être temps de partir.
     
  • Tu as raison, nous allons vraiment être en retard …
 
Mais Harm a toujours la même idée qui le chagrine : 
     
  • Et ton rendez-vous …
     
  • Quel rendez-vous ?
     
  • Avec mon père ?
     
  • C'est entre lui et moi ! Mais il semble que cela a porté ses fruits …
     
  • Comment ?
     
  • Ne t'a-t-il pas inspiré de demander ma main ?
     
  • Qui sait ?
 
Merci Papa, je crois que tu m'as fait signe juste à temps pour que j'aille au mur et que je découvre Sarah … 
 
 
 
 
 
A SUIVRE … 
 
Et voilà, c'est tout pour aujourd'hui ... 
Bonne soirée et bon dimanche ... 
Cath  
 

_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






Posté le: Aujourd’hui à 11:14 (2017)    Sujet du message: RIEN QU'UN REGARD ...

 
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
bg bd
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum sur David James Elliott Index du Forum -> FanFic -> Tout public -> CATH Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  > 
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
bg bd

hg hd
Forum Optimis pour Mozilla FireFox ou Internet Explorer 7 avec une rsoltion de 1024 x 768.
bg bd

hg hd
:: CoolVista Thme PHPBB2 par CiRvEnT :: http://www.coolxp.fr :: CoolXP - 2007 ::
bg bd