hg S’enregistrer Forum sur David James Elliott

Forum sur David James Elliott Index du Forum

hg David James Elliott, de sa vie à sa carrière, enfin la vie de cet homme !
hg
FAQ FAQ Rechercher Rechercher Membres Membres Groupes Groupes Profil Profil Se connecter pour vérifier ses messages privés Messages Privés Connexion Connexion
A new Life [terminée] tout public
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  > 
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum sur David James Elliott Index du Forum -> FanFic -> Tout public -> SarahRabb
hg Sujet précédent :: Sujet suivant   hd
Auteur Message
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Dim 6 Juil - 11:02 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Je viens de m'apercevoir que je n'ai posté toutes mes fics donc en voici une autre...
j'espère que vous aimerez...
Bonne lecture..



Auteur : Sarahrabb
Genre : Drame/Romance
Rating : Tout public
Résumé : à vous de lire...
Notes : Les persos de JAG ne m'appartiennent pas etc....

Partie 1

Remarque : j’utilise la première personne « je » pour Mac

Appartement de Mac
Lundi 15 mai
6h45

La sonnerie stridente de mon réveil suffit à me tirer du royaume des songes… Malgré tout, je serais bien restée quelques minutes de plus au lit, pour continuer mon rêve…. Pas très catholique, une fois de plus ! ! Il s’agissait bien évidemment de Harmon Rabb junior, mon collègue du JAG depuis bientôt 10 ans. Mais derrière cette facette, se trouvait aussi l’ami, le confident.

Bref, je me levai ce matin de mon lit avec une impression étrange, comme si quelque chose de spécial allait se passer… J’avais souvent des appréhensions, des sentiments étranges ces derniers temps. Depuis que… je n’arrive toujours pas à le dire, c’est comme si tout d’un coup, ma voix ne voulait plus fonctionner et qu’une boule dans ma gorge se formait.
Depuis ce fameux jour ou on m’a annoncé que je ne pouvais pas avoir d’enfant, j’ai commencé à ressentir des choses bizarres. Ma vie toute entière a changé à partir de cet instant précis. Plus rien ne s’est mis à fonctionner normalement.
Un sifflement aigu me fit sortir de mes pensées. C’était l’eau de mon thé qui était en train de bouillir. Je pris la casserole, encore à moitié songeuse, et la relâchai aussitôt en poussant un cri de douleur. L’eau avait tellement chauffée que la chaleur s’était répandue jusque dans le manche de la casserole. Par réflexe, je passai ma main sous l’eau froide.
Après quelques minutes à ce régime, j’essuyai ma main à mon torchon de cuisine mais une marque subsistait toujours dans la paume de ma main. J’essayai de fermer mon poing mais je n’y arrivai pas, la douleur était trop forte. Je me dirigeai vers la salle de bains pour me faire un bandage. Je pris la trousse à pharmacie et sortis le tissu. Je désinfectai la plaie et l’enroulai autour de ma main. La journée commençait bien ! ! ! Heureusement, c’était ma main gauche qui était « touchée », cela ne m’empêcherait pas trop de travailler.
Mon horloge m’indiquait qu’il était grand temps que j’aille m’habiller sinon j’allais être en retard. Je me précipitai dans ma chambre et enfilai avec difficulté mon uniforme. Je pris les clés de ma voiture, mon sac, quelques dossiers sur lesquels je devais travailler aujourd’hui et fermai la porte à clé de mon appartement.
Je montai en voiture et démarrai. Il ne faisait plus aucun doute que j’allais avoir quelques minutes de retard et Harm allait en profiter pour me narguer…

Quartier général du JAG
8h05

Je sortis de l’ascenseur, mes dossiers à la main gauche et mon sac dans l’autre main lorsque j’entendis des voix dans le couloir et vis, trop tard, un civil qui fonçait droit dans ma direction. Le choc fut inévitable et me fit tomber par terre, me cognant la tête au mur et mes dossiers furent étalés au sol, en vrac. Je vis soudain 2 silhouettes floues passer devant moi en courant, et pendant que je me frottais la tête pour atténuer la douleur, j’aperçus un visage flou que, malgré çà, je reconnus tout de suite. C’est Harm, il me regarda et me demanda si j'allais bien. J’essayai de me relever, et comprenant ce que je voulais faire, il m’aida en me prenant par les épaules. Me revoilà debout, non sans mal. Je vis tout tourner autour de moi et fis un pas de côté. Je répondis à Harm :
M- Vous auriez pu me réserver un meilleur accueil ! !
H- Du style « c’est bien rare que vous ayez du retard » ? ? ! ! !
Je lui donnai une tape sur le bras, et il me décrocha son plus beau sourire. Nous nous baissâmes en même temps pour ramasser mes dossiers, éparpillés par terre, lorsque je me figeai dans mon mouvement et restai accroupie, une main sur ma nuque. Harm s’inquièta :
H- Qu’est ce qu’il y a ? ? Vous avez mal ? ?
Je lui rétorquai :
M- Même si je ne suis pas médecin, je dirais que je me suis fait un torticolis.
H- Pour un retour de week end vous faites fort ! ! Allez je vous emmène à l’infirmerie.
Et il m’aida à me relever doucement. Il entoura ma taille de ses bras et me soutint dans ma démarche chancelante. Je fis de même avec mes bras et je vis soudainement des petits anges tourner autour de ma tête.
Après une minute dans cette position, nous arrivâmes enfin à l’infirmerie. Harm ouvrit la porte et me déposa sur le lit, presque à regret. Ses bras sont si sécurisants…….si apaisants…….
La voix du médecin m’interrompit dans mes pensées :
M(édecin)- Merci capitaine, vous pouvez attendre dehors maintenant, je dois examiner le colonel.
Je regrettai qu’il ait employé un ton aussi sec et voulus protester en me levant mais je me recouchai aussitôt, sous la douleur de mon mal de crâne. Harm sortit et le médecin regarda attentivement ma bosse.
Selon lui, elle se résorberait d’ici quelques jours avec du repos. Quant à mon cou, il devrait suivre le même régime. Il sortit de la salle et appela Harm :
M(édecin)- Capitaine, j’ai donné au colonel MacKenzie 3 jours de repos. Pourriez-vous la raccompagner, ce serait dangereux pour elle de conduire. Je préviens le Général Creswell pour vous.
H- C’est ce que j’allais lui proposer.
Et je me levai pour aller vers Harm et lui fis un sourire. Je remarquai qu’il avait ramassé mes dossiers et me les donna. Nous nous dirigeâmes tous les deux vers l’ascenseur et une fois dedans, Harm me demanda :
H- çà va mieux ? ?
M- Oui je suis encore un peu dans le cirage je crois, mais çà va aller.
Il me dit, en plaisantant :
H- Vous n’auriez pas du le dire….
Sur un ton de reproche, je le grondai :
M- Harm ! ! ! Qu’est ce que çà aurait été si j’avais eu un bandage autour de la tête et une minerve ! !
H- çà vous serait monter à la tête et vous vous seriez prise pour rambo au féminin ! !
A ce moment, les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et je lançai à Harm un regard mi-noir mi-ironique. Il sourit et je fis de même. Malgré mon mal de crâne horrible, je me sentais bien à cet instant, cela faisait si longtemps qu’on avait pas vécu un moment si agréable, même s'il était trop court.

Appartement de Mac
10h15

Le trajet s’était déroulé sans encombre et j’étais maintenant de retour chez moi…….. pour 3 jours ! ! çà allait être intenable ! ! je ne pouvais rien faire, le médecin l’avait bien souligné, à part me reposer évidemment…
Je penchai ma tête vers le bas pour prendre un verre lorsque la douleur m’empêcha d’aller plus loin. Je me relèvai doucement, une main dans mon cou.
Puis, je sentis soudain deux autres mains qui vinrent me masser le cou. Le contact de la peau de Harm avec la mienne me fit fermer les yeux et soupirer discrètement de plaisir. Harm pensa tout haut :
H- j’aimerais bien le voir, son diplôme de médecine à celui-là ! !
Je ne pus m’empêcher de rire. Harm continua son massage et ses gestes se firent plus appuyés, je pouvais sentir son souffle sur mon cou, et cela ne me laissait pas indifférente, c’est vrai. La situation était en train de déraper et j’y mis fin avant d’aller plus loin en avançant d’un pas. Ce n’était pas le moment idéal pour « concrétiser » 9 ans d’amitié. Harm comprit tout de suite et fut contraint de stopper son massage, pourtant agréable. Je lui proposai :
M- Vous voulez un café ? ?
H- Non, merci. Vous avez besoin de quelque chose pendant que je suis là ? ?
Il avait parlé sur un ton bizarrement très calme. J’affirmai :
M- merci, mais je ne pense pas.
H- Dans ce cas, je vais y aller.
Et il prit la direction de la porte. Il l’ouvrit et me salua :
H- A plus tard. Et reposez-vous quand même un peu.
Et la porte se referma. Je retournai prendre mon fameux verre d’eau et bus une gorgée. Je songeai que peut-être était-ce çà cette appréhension que j’avais eue en me levant ce matin. Mais bizarrement je la ressentais toujours. Ou bien était-ce tout simplement mon imagination. Du sommeil m’aiderait certainement à éclaircir cette histoire.

2 jours plus tard
Appartement de Mac

J’étais dans une maison, il n’y avait aucun meuble, pas même une table ou une chaise. Il y avait ma mère, mon père, et une autre personne, un homme. Je ne le connaissais pas mais je sentais que quelque chose nous liait. Je ne saurais décrire ce que je ressentais mais il y avait quelque chose, j’en étais persuadée…
Tous les trois semblaient m’attendre. Une fois arrivée, nous nous disposâmes en cercle, et ma mère me tendit d’anciennes photos. Nous nous écartâmes toutes les deux et nous installâmes dans un coin pour regarder les photos. Elle représentait une femme et son bébé, c’était sûrement ma mère et moi…… Mais des pleurs de bébé vinrent stopper mon évaluation. On pouvait également entendre une grosse voix hurler. C’était celle de mon père. Ma mère et moi nous nous précipitâmes dans la pièce ou nous étions initialement réunis tous les quatre, mais ni mon père ni l’autre homme étaient présent. Je montai les escaliers, là d’ou provenait les cris mais je reçus comme accueil un coup au visage, ce qui me fit basculer en arrière.

Je me réveillai en sursaut, horrifiée ! ! Une violente douleur dans le cou me rappela les événements de ces 2 derniers jours. Je me levai péniblement, et m’habillai. je pris une tasse de café, et partis au bureau, certaine de ne pas arriver en retard cette fois-ci.

Quartier Général du JAG
Mercredi 17 Mai

Ces quelques jours de repos m’avaient fait du bien et je pouvais reprendre le travail en forme. Je me dirigeai vers mon bureau et m’assis dans mon fauteuil. Je pris le premier dossier d’une grande pile sur mon bureau lorsque le quartier-maître Coates vint me prévenir :
C(oates)- Madame, le Général Creswell souhaiterait vous voir immédiatement.
M- Merci Jennifer, j’y vais tout de suite.
Je me levai et marchai vers le bureau du Général. Je frappai à la porte de son bureau et lorsque j’entendis sa réponse positive, j’entrai.
Je me mis au garde à vous et il m’expliqua :
C(reswell)- Repos Colonel. Un Marine’s a été assassiné la nuit dernière, son corps a été découvert par un passant. Le médecin légiste a conclu que la cause de la mort était du à un coup fatal porté à la tête. Tout les renseignements dont vous aurez besoin sont dans le dossier. Je vous donne le double pour le capitaine Rabb, je n’ai pas le temps de l’attendre.
Je sortis du bureau et rejoignis le mien.

A suivre…………………………….
_________________


Dernière édition par sarahrabb le Jeu 20 Nov - 22:26 (2008); édité 1 fois 
Revenir en haut
MSN
Publicité






Posté le: Dim 6 Juil - 11:02 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 
Revenir en haut
Ginie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 6 266
Localisation: Dans les bras de Jackson hihi on y est trop bien !!!
Féminin Cancer (21juin-23juil) 虎 Tigre

Posté le: Dim 6 Juil - 12:22 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant




même si je la connais Mort de Rire
_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
angel64
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 2 990
Localisation: Pyrénées Atlantiques
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

Posté le: Dim 6 Juil - 22:17 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Et ça commence bien ! Il me tarde de lire la suite.
_________________
 
Revenir en haut
MSN
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Mer 9 Juil - 08:13 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

les filles voilà la suite..

partie 2

Bureau du Colonel MacKenzie
Quartier Général du JAG
Mercredi 17 Mai

Une fois installée dans mon bureau, je lus attentivement le dossier. Le Marine’s tué était le Lieutenant James Cooper. Il avait des états de service exemplaires et il laissait une femme et un enfant. Se sont ils jamais rendus compte de la chance qu’ils avaient ? ? ? ? rien que le simple fait de savoir qu’ils pouvaient avoir des enfants ! !
Je me secouai la tête pour chasser ces idées de mon esprit. « Tu t’éloignes un peu trop du principal, Sarah ! ! » Je revins à la lecture de la déposition du passant. Quelque chose me chagrinait dans ce dossier mais je ne savais pas quoi. Je relus intégralement cette affaire et mon esprit s’arrêta sur l’adresse du lieu ou on avait découvert le Lieutenant Cooper : 15 Mapple Street. C’était près de la maison ou j’avais vécu toute mon enfance…
Après tout c’était peut-être une coïncidence…… je serais fixée quand je serais sur le terrain.
Voilà Harm qui arrivait et entrait dans son bureau. Un peu en retard, comme toujours ! ! ! Je me lèvai de mon siège et allait frapper à sa porte. Il me fit signe d’entrer et je lui tendis le dossier Cooper. Je lui expliquai :
M- Le lieutenant James Cooper a été assassiné sur un terrain vague, non loin de Mapple Street. Les autorités locales nous attendent sur place.
Harm prit ses clés, le dossier et tout en sortant de son bureau, il me demanda :
H- La cause de la mort ? ?
M- Un coup porté à la nuque…
Nous nous retrouvâmes maintenant devant l’ascenseur. Lorsque les portes s’ouvrirent, nous rentrâmes et Harm s’étonna :
H- Vous êtes bien silencieuse Mac….D’habitude, lorsqu’un Marine’s meurt, vous êtes plutôt du genre a cogiter dès la lecture de l’affaire….Quelque chose ne va pas ? ?
M- Non, non tout va bien. Dépêchons-nous les flics locaux ont horreur d’attendre ! ! !
Les portes s’ouvrirent et nous arrivâmes au parking. Nous montâmes en voiture et Harm démarra.

Mapple Street
Terrain vague

Harm stoppa la voiture et nous descendîmes. A ce moment, à la vue de « ma » maison, une bouffée de souvenir remonta à la surface. Les coups que mon père portaient à ma mère, les nuits passées à écouter ma mère supplier mon père d’arrêter de la frapper……… Malgré le pardon que j’avais accordé à mon père avant qu’il ne meure, je ne pouvais m’empêcher de repenser à tous ces souvenirs qui m’avaient marqués à jamais……
Une boule se forma dans ma gorge et les larmes me montèrent aux yeux. Harm se retourna vers moi, me regarda, figée sur place, et vit mon malaise. Il s’inquiéta :
H- Mac, çà va ? ?
M-……oui je… j’arrive.
Je m’avançai vers Harm et il nous annonça au policier présent sur les lieux. Puis nous nous dirigeâmes vers le lieu du meurtre. Le corps était positionné sur le ventre, et on pouvait apercevoir une rougeur à la base de son cou, ce qui confirmait ce qu’avait dit le médecin légiste.
Nous allâmes voir l’homme qui avait découvert le corps : il avait aperçu le lieutenant Cooper, mort, vers 2 heures du matin.
Après avoir récupéré tous les éléments qu’il nous fallait, nous nous redirigeâmes vers la voiture pour rentrer au bureau, lorsque, alors que je me retournai pour monter, j’aperçus une silhouette, cachée derrière un nuage, qui nous observait. Harm vit ma réaction et suivit mon regard. A ce moment la silhouette disparut et j’en profitai pour plaisanter :
M- Vous l’avez fait fuir ! !
Tout en s’asseyant sur le siège et en démarrant, Harm me réprimanda gentiment :
H- Maaaaccccc ! ! !
M- Je ne fais que vous rendre la monnaie de votre pièce….. Vous savez, l’autre jour quand votre forcené m’a bousculée ! ! ! !
H- Je vois………… je n’ai donc rien à dire ? ? ! ! !
M- Exactement ! ! !
Le reste du trajet se déroula en silence. Cette personne m’avait intriguée, qu’est ce qu’elle me voulait ? ? Si c’était bien après moi qu’elle en avait…….

Quartier Général du JAG
11h00

Nous étions rentrés et je me dirigeai vers mon bureau lorsque le quartier-maître Coates m’accosta :
C(oates)- Colonel, quelqu’un a déposé ceci pour vous.
Elle me tendit un colis, portant simplement mon nom et mon grade. Je remerciai Jennifer et j’entrai dans mon bureau pour ouvrir ce paquet. Je défis la languette et en sortis une vieille bande vidéo, pleine de poussière. Je regardai dans le colis pour voir si un mot n’avait pas été joint, avec je l’espérais un nom. Je récupérai une feuille de papier et lus :
« Ne te fies pas aux apparences, elles sont souvent trompeuses »
Ma mère disait souvent cette phrase, et seuls moi et mon père la connaissions………
Pourquoi ma mère m’enverrait-elle çà sans signer ? ? ? Si elle voulait refaire surface, pourquoi ne pas téléphoner, venir me voir ou m’écrire une lettre ? ? Non je connaissais ma mère, elle n’aurait pas dissimulé son identité si elle voulait me revoir, ce n’était pas logique ! !
Je ne disposai pas d’un matériel pour visionner cette bande mais je savais qui pouvait m’aider…. Je pianotai sur mon téléphone un numéro et répondis :
M- Salut Willy, c’est Mac ! !
W(illy)- Mac ! ! ! ! çà alors comment tu vas ? ? tu es toujours dans l’armée ? ?
M- Plus accrochée que jamais ! ! ! Willy, écoute….. j’aurais un service à te demander.
W- Dis toujours…… mais sache que pour l’instant j’ai pas mal de boulot ! ! !
M- C’est très important ! ! J’aurais aimé que tu examines une vidéo pour moi, je n’ai pas le matériel pour le faire, c’est une bande ancienne. On me l’a envoyée par courrier et il n’y avait pas de nom d’expéditeur, tu comprends ? ?
W- je vois… Bon, tu m’amènes la bande et je vois ce que je peux faire ok ? ?
M- çà marche, merci Willy ! ! ! ! ! je te l’apporterai sur l’heure de midi…
W- Tu n’aurais pas l’intention de troubler mon repas quand même ? ? ! ! !
M- S’il te plaît Willy ! ! ! çà ne prendra que quelques minutes ! ! et je t’achèterai un beignet pour ton dessert…
W- Quel parfum ? ?
M- Chocolat ? ?
W- Ok, si tu me prends par les sentiments ! ! à ce midi alors ! ! ! bye
M- Salut ! !
Je raccrochai, avec un sourire aux lèvres. Willy travaillait à la morgue de Washington, il était scientifique… un excellent scientifique ! ! !
Je lui avais rendu service il y a longtemps et c’était le moment de me renvoyer l’ascenseur ! !
Je remis la bande dans son enveloppe ainsi que le mot laissé avec et la rangeai dans mon tiroir. Puis je me replongeai dans le dossier Cooper. Je relus tout cette affaire et sortis de mon bureau pour me diriger vers celui de Harm. Après m’avoir fait un signe de la main, je rentrai et je m’assis dans un des fauteuils. Je lui demandai :
M- Alors à 1ère vue, vous en pensez quoi ? ?
H- Eh bien je dirais que……… çà doit être une de ses ex petites amies qui l’a tué car il l’a trompée avec une autre ! !
M- Harm, c’est ce que l’on pourrait appeler de l’humour noir ! !
H- je ne plaisante pas, Mac. J’ai reçu un coup de téléphone de son ex femme. Ils ont divorcé car Cooper était coureur de jupon et qu 'il délaissait sa femme ! !
M- Je n’ai encore jamais vu un dragueur qui arrivait à ne pas laisser sa femme en arrière-plan ! ! Il serait trop occupé par ses conquêtes récentes ! ! Qui figure en 1er sur la liste des petites amies meurtrières ? ?
H- Présumées coupables ! ! Eh bien il y a Laetitia Carter, sa dernière copine en date. Il semblerait que Cooper ait eu des sentiments et soit retourné vers son ex femme… Mademoiselle Carter l’a très mal pris, selon le camarade de la cabine de Cooper… Et si on doit interroger toutes ses ex petites amies, on est pas prêt de manger! !
A ce moment, j’eus une « illumination », je me rappelai :
M- J’allais oublier, je dois y aller. Je suis d’ailleurs déjà en retard, je crois…
Je me lèvai de mon siège et je prévins Harm :
M- Je serai sûrement en retard pour l’interrogatoire de la petite amie numéro 1…
H- Creswell ne sera pas de bonne humeur en l’apprenant ! !
M- Pour une fois que je suis en retard ! !
Et je mis fin à la conversation en me retournant pour aller vers mon bureau. J’ouvris mon tiroir et pris la fameuse enveloppe qui contenait la bande. Je pris mon téléphone et composai le numéro de Willy. La discussion commença ainsi :
M- Willy, c’est moi. Je pars du bureau là, tu as encore 20 minutes pour finir ton déjeuner ! !
W- Tu m’amènes le dessert ? ? c’était convenu comme çà, sinon pas de beignet, pas d’analyse ! !
M- Mais oui, un beignet au chocolat c’est çà ? ? ! !
W- Ne te fiche pas de moi, tu le sais très bien ! ! !
A ce moment les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et je rentrai. Au moment ou les portes allaient se fermer, une main se posa sur l’une d’elle et la silhouette de Harm apparut. Pendant ce temps, Willy continua :
W- Tu m’écoutes oui ? ?
Je sursautai légèrement et lui répondis :
M- Oui je suis là….
W- Mais qu’est ce que tu as ? ? Il y a Tom Cruise à côté de toi ou quoi ? ?
Je ne pus m’empêcher de rire mais je lui dis :
M- Un truc comme çà ouai…… Bon allez je monte en voiture là. A tout de suite.
W- A tout de suite. Sois prudente sur la route.
M- Ne t’inquiète pas.
Et je rangeai mon téléphone dans mon sac. Malgré que je fus dos à lui, je sentais un regard pesant sur moi venant de Harm………

Morgue de Washington
Cafétéria

J’aperçus Willy et je me dirigeai vers lui. Il se lèva de sa table et nous nous fîmesla bise. Puis il m’invita :
W- Si ce n’est pas trop te demander, ma chère, je veux bien que tu me montres ta vidéo maintenant. Comme çà j’aurai du temps pour manger et savourer mon dessert…
M- D’accord, alors allons-y.
W- Hep, une minute, montre moi le beignet d’abord ! !
Je sortis de mon sac un petit sachet d’une boulangerie et le montrai à Willy. Puis je lui mis sous le nez mon enveloppe.
Willy comprit tout de suite et m’emmena dans le grand immeuble de la morgue de Washington. J’avais hâte d’en savoir plus, mais j’avais en même temps peur de ce qu j'allais découvrir.

A suivre………………
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Ginie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2007
Messages: 6 266
Localisation: Dans les bras de Jackson hihi on y est trop bien !!!
Féminin Cancer (21juin-23juil) 虎 Tigre

Posté le: Mer 9 Juil - 18:39 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant


_________________
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
angel64
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 2 990
Localisation: Pyrénées Atlantiques
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

Posté le: Mer 9 Juil - 22:34 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Il me tarde de savoir ce qu'il y a sur la bande. J'aime bien le coup de "Tom Cruise" de Willy et la réponse de Mac.
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Cam
Membres
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 19 Nov 2007
Messages: 4 960
Localisation: Alsace
Féminin Vierge (24aoû-22sep) 蛇 Serpent

Posté le: Jeu 10 Juil - 17:22 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Super
Quel plaisir de la relire

La suite stp
 
Revenir en haut
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Ven 11 Juil - 08:11 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

les miss!!!
voilà la suite

partie 3

Morgue de Washington
12h30

Nous étions, Willy et moi, dans le laboratoire de la morgue, là ou on analyse tous les indices trouvés sur un corps.
Willy examinait attentivement la vidéo que j’avais sortie de son enveloppe et m’avoua :
W- Je ne peux pas la visionner pour le moment, elle est trop abîmée.
M- Je t’en prie Willy, dis-moi que tu peux en retirer quelque chose ! ! !
W- Ne t’inquiète, je pense pouvoir en faire quelque chose…
M- merci Willy ! ! ! ! ! ! ! ! ! Et le bout de papier ? ?
W- Dis donc Princesse, t’as pas l’impression d’en demander beaucoup en une seule fois ? ? Quand j’aurai fait toutes mes analyses, et que j’aurai des résultats je te préviendrai.
M- Ok, merci beaucoup Willy ! !
Et je lui fis la bise… j’allais m’en aller à grand pas lorsqu’il me rattrapa et me dit :
W- tu n’aurais pas l’intention de partir avec mon dessert, par hasard ? ?
Je me souvins de la promesse que je lui avais faite et lui tendis son beignet. Puis je me retournai et entrai dans l’ascenseur, alors que les portes étaient encore ouvertes. Une fois à l’intérieur, je poussai un soupir de soulagement. Willy avait accepté d’analyser ce que je voulais et ce n’était pourtant pas gagné… Willy savait être têtu quand il le voulait ! ! Bref j’étais impatiente d’avoir ces fameux résultats ! !
Je sortis de l’ascenseur et me dirigeai vers ma voiture. Je sortis mes clés lorsque je vis à nouveau une silhouette qui m’observait de derrière un pilier. Avant même que j’ai pu faire un pas en avant, il disparut au coin d’une rue. Ce type commençait sérieusement à m’énerver ! ! ! Peut-être que………………. Après tout c’était peut-être lui qui m’avait envoyé cette fameuse bande….
Mon horloge interne me secoua et m’indiqua qu’il était temps que j’y aille… Harm allait être seul face aux petites amies de Cooper….
Je montai en voiture lorsque je vis sur la siège passager une photo. Elle n’était pas là avant que j’arrive çà c’est certain ! ! Bizarrement, tout tournait autour de cette homme mystérieux qui me surveillait ! ! ! si c’était bien un homme… Après cette réflexion j’examinai la photo. Elle représentait une femme, et un bébé qu’elle tenait dans ses bras. Etrangement cette femme ressemblait à …………………………… ma mère ! !
Bon allez, MacKenzie, faut y aller ! ! Harm est dans la fosse aux lions normalement ! ! Je démarrai et roulai en direction du Quartier Général du JAG.

Quartier Général du JAG
Salle de réunion
14h15

J’ouvris la porte, après être passée prendre en hâte le dossier Cooper, et fut amusée de la scène qui se déroulait devant moi. Une femme habillée d’une mini-jupe et d’un débardeur très décolleté était en train de se pencher de façon assez………provocante sur Harm… Dès qu’elle me vit, la femme reprit une position « normale » et s’écarta de Harm. Puis l’interrogatoire put recommencer. Le capitaine Rabb reprit :
H- Donc, ou étiez-vous dans la nuit du 16 au 17 mai, à 2h00 du matin environ ? ?
Elle regarda Harm avec un regard………… qui voulait tout dire et lui répondit :
S(uspecte)- Vous voulez les détails ou bien vous vous contenterez des grandes lignes ? ? ! !
Je décidai d’y mettre mon grain de sel :
M- Le nom de l’hôtel nous suffira largement ! !
S(uspecte)- Le « Valentine ». J’y étais avec un grand ami si vous voyez ce que je veux dire…
M- Nous avons très bien compris, Madame Mallory ! ! ! Bien, je crois que c’est tout.
S(uspecte)- d’accord, merci pour tout capitaine, au revoir colonel.
Puis elle sortit de la salle de réunion. Je ne pus m’empêcher de m’exclamer :
M- On ne peut jamais vous laisser tout seul ! ! !
H- C’est elle qui ne tient pas place ! !
M- Une vraie furie, hein ? ? ! !
Tout en disant cela, je tournai le dos à Harm et partis en direction de la porte pour sortir. Harm me rattrapa en 3 grandes enjambées et m’affirma :
H- Exactement, une vraie folle ! !
Je lui lançai un regard qui voulait faire croire que je le plaignais mais en fait ce n’est pas le cas ! ! Un homme de 1 mètre 90, et qui pèse 85 Kilos a vraiment de quoi se défendre face à une fille aussi dévergondée ! ! !
Je me dirigeai vers mon bureau, lorsque avant d’y entrer, je plaisantai:
M- Dites-moi Harm, combien vous en avez interrogées depuis le début de l’après-midi ? ?
H- 4, pourquoi ? ?
M- Vous devez vraiment être fatigué alors ! ! !
Et je rentrai dans mon bureau, en fermant la porte. Puis je repensai aux événements de ces derniers jours, plus particulièrement à cette personne qui, j’avais l’impression, surveillait chacun de mes gestes. La vidéo, la photo et cette phrase «Ne te fies pas aux apparences, elles sont souvent trompeuses », tout çà me troublait beaucoup. Je ressortis de mon tiroir la fameuse photo et l’examinai, mais je ne remarquai rien d’inhabituel… Une chose était sure néanmoins, c’était bien ma mère qui se trouvait sur cette photo et qui tenait un bébé dans ses bras…
Je fus tirée de mes pensées par un petit coup porté à ma porte. C’est Sturgis, il me demanda :
S(turgis)- Dites-moi Mac, vous savez parler le langage des signes ? ?
M- Oui pourquoi ? ?
S(turgis)- Une petite fille sourde a été témoin d’une affaire d’agression dont je m’occupe mais elle a peur de moi et son handicap réduit toute possibilité de communication. Alors j’ai pensé que, puisque vous pouvez la comprendre, vous pourriez peut-être la faire parler…
M- D’accord je veux bien essayer mais je ne vous garantis rien…
S- Pas de soucis. Venez, elle est dans la salle de réunion.
Je suivis Sturgis, malgré que je savais ou se situait l’endroit. Nous rentrâmes dans la pièce et je vis une petite fille, qui regardait par la fenêtre. Elle se retourna vers nous, comme si elle nous avait entendus. Sturgis sembla stupéfait mais moi je savais que les sourds pouvaient sentir une présence derrière eux malgré leur handicap.
Je lui « dis » bonjour, puis elle me demanda qui j'étais. Je lui répondis que je m’appellais Sarah et que j'étais là pour aider mon ami Sturgis. Puis elle pris ma main et m’emmèna vers la fenêtre ou elle était il y a quelque secondes. Je lui proposai de dessiner pour moi. Lorsqu’elle me rendit son « œuvre » elle m’expliqua que c’était sa famille, qu’elle «était devenue sourde à la suite d’un accident. Puis ce fut à mon tour de lui parler de moi, de mes copines d’écoles, si j’avais toujours des contacts avec elles, mes passions, si j’aimais les animaux, les bêtises que j’avais faites, si j’avais caché des choses à mes parents, mon premier amoureux, mon premier baiser. Tout ce que vit une petite fille de 10 ans, en fait. Puis, pendant un instant, sans rien « dire » elle me regarda intensément, comme si elle me « sondait ». Elle se rapprocha de moi, et pour me mettre à sa hauteur, je m’accroupis. Elle vint poser une main sur mon cœur et m’interrogea « pourquoi es tu si triste, au fond de toi ? pourquoi tu ne veux pas en parler ? ? pourquoi tu ne te laisses pas aller à tes sentiments ? ? » Soudain, je sentis un trop-plein en moi : « c’est vrai, pourquoi c’est tombé sur moi ? ? « pourquoi est ce que je ne pourrais pas être comme les autres ? ? Mon rêve d’avoir des enfants ne se réaliserait jamais et je le savais, mais c’était trop difficile à supporter. En ce qui me concernait, l’espoir ne faisait pas vivre, bien au contraire, il me détruisait à petit feu de l’intérieur, et c’était trop dur de lutter. Malgré tout ces entretiens avec ma psychologue, ma souffrance était toujours là et rien n’y personne ne pourrait changer çà. Une idée me vint soudain à l’esprit : fuir….. oui fuir, partir loin d’ici, très loin……
Alors je me retournai, les larmes aux yeux, et sortis en courant de la salle de réunion. Je passai prendre mes clés de voiture dans mon bureau et en ressortis. Au diable le protocole, je croisai des supérieurs mais ne les saluai pas, je descendis par l’escalier. Un étage, 2 étages, me voilà au rez-de-chaussée. Je bousculai une autre personne, c’était Harm je crois, mais ma vision était devenue floue avec les larmes. Il me rattrapa par le bras, il n’eut pas le temps de me demander ce qui n'allait pas que je me dégageai de son emprise et repris ma course jusqu’à ma voiture. Je montai à l’intérieur et démarrai. Je n’avais aucune idée d’ou j'allais, mais je roulai sur le périphérique. Chez moi ? ? non c’était ici qu’on viendrait me chercher en premier, et je voulais être seule…
Çà y était je savais ou je pouvais aller, et ou je pourrais être tranquille… je sortis de la route pour en emprunter une étroite, et poussiéreuse. Lorsque que je m’aperçus que je ne pouvais plus continuer en voiture, je m’arrêtai et continuai à pied. Les larmes continuaient toujours de couler mais je ne cherchais même plus à les essuyer. Aller plus loin, toujours……… Continue de marcher Sarah… Mes pieds touchèrent le sol mais je n’en pris pas conscience, je revis ce fameux jour ou j’avais parlé à ma psychologue pour la première fois, ou je lui avais tout dit, les « paroles » de cette petite fille qui avait su voir si clair en moi, la promesse de Harm de faire un enfant tous les deux, et son regard lorsque je lui avait annoncé la « mauvaise nouvelle », sa main sur la mienne…
Toujours continuer, dépasser ses propres limites…… j’étais de plus en plus fatiguée mais çà n’avait aucune importance…… Soudain un air froid vint souffler sur mon visage et glacer mon souffle. Mes pas se firent plus lents et ma respiration plus saccadée. Mais peu importait, je continuai d’avancer et débouchai en haut d’une petite crique. Ici, au moins, je serais tranquille… Je descendis vers la plage et restai un instant debout face à la mer. Puis, à bout de force, je me laissai tomber à genoux sur le sable, inconsciente.

Le lendemain matin
Crique
Quelque part

Je me réveillai difficilement, des douleurs dans les jambes et les pieds. Le soleil était déjà haut dans le ciel, et lorsque je regardai ma montre, je lus qu’il était bientôt 11h00 du matin. Je me mis sur pied et tournai sur moi-même, pour me rappeler ou j'étais. Tout me revint en un rien de temps….
Puis je vis une petite colline et décidai de monter jusqu’en haut. « Allez Sarah tu vas y arriver, fais-le, c’est un truc de mauviette çà ! ! »
N’écoutant que moi, je partis de la crique pour me diriger vers la colline. Comme pour me donner du courage, mon inconscient me mis la chanson de Madonna, « I’ll Remember »dans la tête. Les premiers pas furent difficiles car j’avais mal aux pieds mais j’arrivai à oublier la douleur et continuai mon ascension. « Pourquoi les êtres humains sont-ils autant attirés par le haut ? ? ? C’est vrai, lorsqu’on veut battre un record, par exemple, on gravit un sommet plus haut, on saute plus haut…… »
« Arrête de penser à çà MacKenzie, cela ne te sert à rien du tout ! ! ! «
Je suivis sur un chemin raide, dans une fine forêt, les arbres avaient peu de feuilles et leur quantité était moindre. Je glissai, mais je me retins à une branche, et je repris mon chemin. La persévérance était une grande force, un atout énorme.
Je croisai, un écureuil, des oiseaux, toute cette vie de la faune. On aurait dit qu’ils étaient tous venus pour venir me voir gravir ce sommet ! !
Je commençai à ressentir la faim, la soif. Je n‘avais pas mangé depuis hier, et mon estomac criait famine depuis mon départ de la crique. La fatigue aussi commençait à se faire ressentir et les nerfs lâchaient. Alors je décidai de me laisser aller et les larmes ne tardèrent pas à naître sur mes joues.
Un bruit derrière moi me fis me retourner. C’était comme quelqu’un qui marchait sur une branche. « Espérons que ce ne soit pas « mon mystérieux » individu qui me surveille ! ! ! Manquerait plus qu’il apparaisse celui là ! ! ! »
Ne sentant aucune présence derrière moi, je me retournai dans le sens de la marche.
Hélas trop tard, pour éviter une branche à hauteur de ma tête. Je me cognai de plein fouet contre elle et tombai inconsciente, une fois de plus.

Asuivre……………….
_________________
 
Revenir en haut
MSN
angel64
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 2 990
Localisation: Pyrénées Atlantiques
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

Posté le: Ven 11 Juil - 21:51 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Décidément ce n'est pas on jour, la pauvre ! J'aimerais bien savoir qui est ce mystérieux inconnu. Il a l'air de bien connaiître le Colonel. J'aurais aimé voir la tête d'Harm face à la tigresse. Maintenant, j'espère qu'il ne va rien arriver de facheux à Mac après sa malencontreuse recontre avec la branche. Il ne manquerais plus qu'elle soit amnésique. J'attend la suite avec impatience, Marine.
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Sylvie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 7 844
Localisation: QG du JAG - France
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon

Posté le: Sam 12 Juil - 00:33 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

My God ! Elle va avoir la tête comme une pastèque bien mûre, pauvre Mac ! C'est un coup à se chopper un trauma crânien ça... J'espère que celui qui la suit est plutôt un "ange gardien" qu'un vilain méchant.. Comme tu as écrit cette fic, il y a déjà un moment, j'espère que nous aurons très vite .
_________________
Sylvie
Harm : Vous avez un homme qui vous aimera toujours.
Mac : Et vous avez une femme qui vous aime !
 
Revenir en haut
MSN
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Dim 13 Juil - 09:54 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

pour vos comms les miss çà me fait très plaisir.. exact sylvie je met la suite aujourd'hui
pour Mac vous allez avoir la réponse très vite Wink
partie 4

Quelque part
15 minutes plus tard

J’ouvris les yeux avec grande peine et poussai un soupir de douleur. Ma vision était trouble mais je vis une silhouette à ma droite, et une autre, à ma gauche qui me tenait la main… J’étais en train de bouger, ou plus exactement de rouler. J’entendais des voix, mais je ne pouvais les comprendre. Tout défilait devant moi, j’essayai de bouger mes jambes mais je n’y arrivai qu’une demi-seconde. Je me raccrochai donc désespérément à la seule chose qui me reliait à la réalité : cette main qui serrait la mienne. Je rassemblai toutes mes forces et resserrai cette étreinte…
Hélas elle ne dura que quelques secondes car soudain elle me lâcha mais la personne me dit d’une voix familière :
P(ersonne)- Accrochez-vous Sarah, restez avec nous ! !
C’était les premiers mots que j’arrivait à comprendre et cela signifiait que j’allais sûrement bientôt comprendre ce que tout cela signifiait.
Des portes battantes s’ouvrirent et plusieurs personnes s’affairèrent soudain autour de moi. Je regardaient ces gens avec méfiance…. Ils me demandaient de me calmer et ce fut à ce moment que je compris que c’étaient des médecins et que je devais donc être à l’hôpital. Petit à petit, tout me revint en mémoire : la crique, l’ascension du sommet, le bruit d’une branche cassée derrière moi et……. A partir de là plus rien, je ne me souvenais plus ! ! ! Qui m’avait découverte et emmenée à l’hôpital ? ? une question à laquelle je n‘avais pas de réponse……
Puis mes paupières se firent lourdes et l’envie de dormir vint me chercher. Je plongeai dans un sommeil profond……

2 heures plus tard

Une fois encore je me réveillai, mais cette fois-ci je me sentais mieux, toujours affaiblie mais plus éveillée que la dernière fois.
Quelqu’un tenait ma main, le temps de me rendre compte que j’étais dans une chambre d’hôpital et je tournai ma tête vers cette personne. C’était Harm. Il se lèva de sa chaise, vint me caresser la joue et me demanda doucement :
H- çà va mieux ? ? Les médecins vous ont administré des somnifères pour que vous vous reposiez.
Je souris, contente de le voir dans ce monde d’inconnus et lui répondis :
M- J’ai l’impression d’être passée dans un rouleau compresseur ! ! a part çà tout baigne ! !
Harm eut un rire nerveux, ahh ce sourire il m’avait manqué c’est vrai…. Il me gronda gentiment :
H- Ne me refaites jamais çà ! ! j’ai eu si peur ! !
M- Que s’est-il passé exactement ? ? je ne me souviens plus….
H- Ce n’est pas étonnant ! ! ! vous vous êtes apparemment cognée contre une branche et vous avez dévalé la pente sur 50 mètres environ ! ! On vous a retrouvée, vous étiez complètement déshydratée et en hypoglycémie.
Soudain, je ne réfléchis pas et taquinai Harm :
M- C’est sûrement une jeune et jolie infirmière qui vous a appris tout çà ! !
H- Maaaaccccc ! ! ! Vous n’avez pas assez dormi, je crois ! !
M- Possible………
H- Pendant que j’y pense, un certain Willy vous a téléphoné plusieurs fois, en ce qui concerne les résultats d’un examen.
Tout à coup, je fus plus attentive et cherchai à m’asseoir dans mon lit. J’interrogeai Harm du regard et le suppliai de continuer. Il fit ce que j’espérais :
H- Il faut que vous le rappeliez, c’est important, a t-il précisé.
M- Et il a dit autre chose ? ?
H- Non rien d’autre…
Alors je me retournai, me saisis du combiné et composai le numéro de la morgue. Willy répondit :
W- Morgue de Washington, Willy.
M- Salut, c’est Mac ! !
W- Mac, mais ou étais-tu passée pendant tout ce temps, j’ai cherché à te joindre plusieurs fois ! !
Tout en regardant Harm, je lui expliquai :
M- Oui, on m’a dit çà. Disons que j’étais…… en vacances imprévues…… Alors çà donne quoi ? ?
W- Eh bien, je n’ai pas pu reconstituer toute la bande
Je le coupai dans son élan :
M- Trop vieille, je m’en doutais.
W- Exactement, tu m’ôtes les mots de la bouche ! ! ! mais une partie de la vidéo, grâce à mon génie, a pu être visible…
M- Me fais pas languir plus longtemps, qu’est ce qu’il y a sur la bande ? ?
W- Eh bien, il y a…….. toi, quand tu avais 12 mois environ, tu étais dans les bras de ta mère, je pense. Vous semblez être dans une cuisine toutes les deux.
M- Et c’est tout ? ? Il y a sûrement autre chose, ce n’est pas une simple vidéo de famille…
Soudain, quelque chose me revint en mémoire : la phrase sur le bout de papier de « mon » mystérieux inconnu : « Ne te fies pas aux apparences, elles sont souvent trompeuses ». Avec un éclair de lucidité, je lançai à Willy :
M- Ecoute, je viens d’avoir une idée. Regarde partout sur la vidéo, en arrière-plan et sur les côtés. Ne te fies pas aux apparences….
W- C’est ce que ton auteur anonyme a marqué sur le bout de papier, non ? ?
M- Exact, et s'il m’a envoyé çà ce n’est pas par hasard ! ! Non il faut chercher plus loin…
W- N’oublie pas que l’on parle d’une personne anonyme, peut-être qu’elle veut t’embrouiller..
Je continuai sa phrase :
M- Ou me tuer…. Mais il aurait eu l’occasion de le faire 2 fois déjà et un tueur ne rate jamais 2 fois sa cible ! ! donc c’est autre chose…
Aux mots « me tuer » Harm fronça les sourcils et accorda plus d’attention à ma conversation avec Willy. Je suggèrai comme un dernier recours :
M- Regarde la date de la vidéo.
W- 1972.
M- Quoi ? ? c’est impossible j’avais 5 ans à l’époque, çà ne peut pas être moi… Est ce que c’est possible que ce soit la date qui soit défaillante ? ?
W- Non, impossible.
M- Même avec le temps ? ?
W- Oui, écoute la date « s’implante » automatiquement sur la vidéo et y reste jusqu’à la destruction de celle-ci. Il y a bien une autre solution, mais tu ne vas pas trop aimer…
Curieuse et intriguée, je l’encourageai :
M- Vas-y, dis-moi…
W- C’est peut-être…………… ton frère…..
Je criai littéralement :
M- Quoi ? ? ? ? ? ? ? Ce n’est pas possible, c’est sûrement l’enfant de la voisine que ma mère gardait ce jour-là…
W- et elle l’appellerait « Mon trésor » ? ? ! ! !
Je restai sans voix, à la nouvelle que je devinais. Je raccrochai le téléphone, sans même remercier et saluer Willy.
Harm, inquiet de me voir dans cet état, se rapprocha de moi et me dit :
H- Mac ? ? ? çà va ? ?
Ses paroles me sortirent de ma léthargie passagère :
M- Hein ? ? euh oui çà va…
H- On ne dirait pas pourtant…
M- Ecoutez, j’ai besoin d’être seule maintenant
H- Très bien.
Et il sortit de la chambre. Je m’en voulais de lui avoir parlé comme çà, il l’avait sûrement mal pris…. D’ailleurs comment ne pas le prendre mal quand votre meilleure amie refuse de se confier à vous, confident depuis des années ! !
Je fis tomber lourdement ma tête sur l’oreiller et soupirai. Je m'étais mise dans de beaux draps ! ! Il fallait absolument que je joigne ma mère pour lui demander plus d’explications. Et après, je pourrais avouer à Harm que……… j’ai un ……….frère. Mais bon pour l’instant, ne nous emballons pas, rien n’est encore sûr ! ! !
Je soupirai une seconde fois, en tournant la tête sur le côté. Une visite surprenante me la fit relever soudainement :
P(ersonne)- Bonjour Colonel.
Çà alors, je n’en croyais pas mes yeux, je me serais attendue à tout sauf çà ! ! ! C’était l’Amiral Chegwidden ! ! Je lui fis part de mon étonnement :
M- Monsieur ? ? çà alors je ne…
Il me coupa la parole et continua à ma place :
A- ..pensais pas vous voir ici ! ! Eh bien, si Mac, j’ai encore des contacts dans l’armée vous savez ! ! Laissez tomber le « Monsieur » ou « Amiral », je suis à la retraite ! !
M- D’accord Mon…… je veux dire A.J. Il vous reste aussi des connaissances au JAG ? ? Vous nous surveillez toujours, en fait, non ? ? ! !
A- Je crois que le Général le fait très bien, qu’en pensez-vous ? ?
M- Eh bien………… Oui, il est très………… comment dire………. Plus pointilleux…
A- C’est un Marine ! ! Alors dites-moi que s’est-il passé Mac ? ?
M- Je……… J’ai soudainement pris quelques jours de vacances…. Je n’ai pas très envie d’en parler…
A- Très bien, vous n’avez plus à m’obéir vous le savez bien ! ! ! J’ai croisé le Capitaine Rabb sur le parking de l’hôpital, il avait l’air contrarié…. Çà ne s’arrange toujours pas entre vous ? ?
M- Je lui ai dit que je voulais être seule, mais ce n’était pas pour le chasser…
A- Quand vous vous passerez le mode d’emploi, çà sera peut-être plus clair ! ! ! A quoi pensiez-vous quand je suis arrivé ? ? vous sembliez soucieuse….
M- Oui je l’étais. Disons que j’ai appris une nouvelle …….. assez extraordinaire et j’ai encore du mal à y croire ! !
A- Quelle est-elle ? ?
J’hésitai un instant, je fus d’abord surprise qu’il soit aussi curieux mais il se justifia :
A- je vous demande cela car je veux simplement vous aider, Mac, pas entrer dans votre vie privée….
M- J’ai peut-être…….. un frère, Monsieur.
Le « Monsieur » m’était revenu machinalement mais l’Amiral ne s’en préoccupa pas. Il me regarda dans les yeux et mit un certain temps à réagir. Il parvint à articuler :
A- Un frère ? ? ? Pourquoi pensez-vous cela ? ?
M- Un inconnu m’a envoyée une vidéo et un petit papier avec écrit dessus « Ne te fies pas aux apparences, elles ont souvent trompeuses ». c’est ce que disait tout le temps ma mère, hors seul moi et mon père connaissions cette phrase…
A- sur la bande, il y a quoi ? ?
M- Ma mère avec un bébé de 12 mois dans les bras. Je vous arrête tout de suite, la date sur la vidéo ne correspond pas, ce bébé ce n’est pas moi.
A- Effectivement c’est……… troublant ! ! ! !
Je sentais que l’avoir dit à l’Amiral était une bonne chose, peut-être pouvait-il m’aider. Mais pour l’instant, des tas de questions remuaient dans ma tête ! ! ! et aucune réponse ne me parvenaient…..

A suivre……………………

désolée si j'ai fait des erreurs dans le language médical..
_________________
 
Revenir en haut
MSN
angel64
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 2 990
Localisation: Pyrénées Atlantiques
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

Posté le: Dim 13 Juil - 13:10 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Et bien ça continue ! La pauvre, elle ne fait que prendre des coups sur la tête ! Un frère, maintenant. Et le pauvre Harm. Il ne comprend rien. On ne sait toujours pas qui a averti les secours mais je pense que l'on ne va pas tarder à le savoir. Et puis contente de voir que l'Amiral se préoccupe toujours autant d'elle. Il me tarde de savoir si Mac a vraiment un frère. Et qui est la personne qui la suit ? Tu vas nous mettre une suite bientôt, hein ?
_________________
 
Revenir en haut
MSN
sarahrabb
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 2 601
Localisation: France, là ou il pleut
Féminin 馬 Cheval

Posté le: Mar 15 Juil - 18:44 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

oui la voilà la suite béa (à défaut de celle de ma fic "kyle XY" Mr. Green )
Bonne lecture

partie 5

Hôpital
Chambre de Mac
1h plus tard

L’Amiral était parti depuis 30 minutes. Il m’avait souhaité un bon rétablissement et avait filé, une urgence m’avait-il dit…
Quoiqu’il en soit, je sentais que j’allais m’ennuyer ici ! ! Je voulais rentrer chez moi, ici il n’y avait rien à faire ! !
Je tournai et me retournai mais rien à faire, je ne pouvais pas rester en place. Je m’extirpai avec difficulté de mon lit et m’assis sur le bord, prête à poser mes pieds par terre. Alors que ceux-ci étaient à quelques centimètres su sol, un bras me rattrapa par la taille alors que mes jambes se dérobaient sous moi. Une voix bien familière me reprocha :
V(oix)- Vous ne pouvez pas rester en place une minute, c’est plus fort que vous ! !
Ces bras musclés me reposèrent sur le lit et je vis alors la silhouette de Harm. Il me rappella :
H- Le médecin vous a dit de vous reposer et de ne pas forcer sur vos jambes. Il a parlé chinois ? ?
Ignorant sa remarque, je lui demandai :
M- Aidez-moi à aller jusqu’à la fenêtre, S’il Vous Plaît.
Harm poussa un soupir qui semblait vouloir dire « Mac, vous n’abandonnerez jamais ! ! ». Puis il posa sa casquette et sa sacoche qui contenait sûrement des dossiers. Il me tint par la taille, je mis mon bras autour de la sienne et commençai à faire des petits pas pour me diriger vers la fenêtre. La douleur se fit ressentir dès la première enjambée et me fit faire une grimace. Harm le vit et me souleva du sol, en mettant sa main sous mes genoux. Ce mouvement, auquel je ne m’attendait pas du tout, m’arracha un petit cri de surprise. Je me laissai faire et le regardai dans les yeux en souriant. Il me fit son fameux « FlyBoy Grin » et me reposa doucement à terre. Je m’appuyai sur le rebord de la fenêtre tandis que Harm m’amèna un fauteuil pour que m’y assois. J’observais le monde extérieur et je fus attirée plus particulièrement par un enfant, qui courrait vers ses parents. Les parents le serrèrent dans leurs bras, je crus même percevoir que des larmes de joie s’échappaient de leurs yeux…… Ou peut-être était ce de mes yeux que les larmes coulaient…… La voix de Harm me fit revenir au présent :
H- Mac ? ? qu’est ce qui ne va pas ? ?
Je passai une main sur ma joue gauche et sentis qu’elle est humidifiée. Je fis disparaître discrètement les larmes sur mon autre joue mais c’était trop tard, Harm les avait déjà vues. Il posa à son tour sa main sur ma joue et me fit tourner la tête vers lui. Il me consola :
H- Sarah, je sais que çà fait mal, mais vous allez faire face, n’est ce pas ? ? vous allez vous battre comme vous savez si bien le faire.
Je m’enfonçai un peu plus dans le fauteuil sur lequel j'étais assise, et posai lourdement ma tête sur l’appui tête . Je secouai la tête de gauche à droite et lui répondis, en haussant le ton :
M- Vous ne pouvez pas comprendre, Harm ! ! Vous ne pouvez pas savoir ce que je ressens ! ! ! Les seules personnes qui peuvent me comprendre sont toutes les femmes qui vivent la même chose que moi ! ! ! ! Vous croyez quoi ? ? Que je ne ressens rien quand je vois une femme enceinte, des enfants qui jouent dans un parc, ou bien quand je vois un couple qui caresse le ventre de la future maman ! ! ! !
Les larmes jaillissaient de mes yeux et parcouraient mes joues mais je ne m’en occupais pas ! ! Je continuai sur le même ton :
M- Mon ventre à moi restera éternellement plat ! ! ! Jamais je ne pourrais concevoir, jamais je ne pourrai apporter à votre mère la satisfaction de devenir grand-mère ! ! Jamais je ne…….
La suite de ma phrase se perdit dans les sanglots. Harm me prit dans ses bras et me chuchota :
H- Chhuutt, c’est fini maintenant……… Je suis là et je ne vous abandonnerai pas, je vous le promets! !
Harm me souleva du fauteuil, me prit dans ses bras et me ramèna à mon lit. Il m’y déposa délicatement et ramèna le fauteuil pour qu’il s’assois dedans. Il prit ma main et la serra dans la sienne. Je lui expliquai, avec des sursauts dans la voix :
M- Cette petite fille a tout de suite compris… elle a tout de suite vu…… c’est vrai, pourquoi moi ? ? qu’est ce que j’ai fait de mal pour être punie de la sorte ! ! ! Je ……… je n’ai plus la force de me battre………… me battre pour arriver à quoi ? ?
Harm rapprocha son visage du mien, posa une main sur ma joue et essuya une larme qui venait de naître sur ma joue. Il essaya de me convaincre :
H- Vous devez vous battre, Mac…
Je lui coupai la parole :
M- Qu’est ce que çà m’apporterais ? ?
H- De vivre……………………. D’avoir une vie plus agréable et d’y penser le moins souvent possible…. Mais je serai là pour vous aider. C’est pour çà que je vous ai dit que je voulais faire partie de votre vie, pour que vous ne soyez plus jamais seule à souffrir, vous ne méritez pas çà ! !
M- mais….
Harm posa un doigt sur mes lèvres et me sourit. Je pus sentir le souffle de sa voix sur mon visage… Il continua :
H- Même si vous ne pouvez pas avoir d’enfants…… Mes sentiments envers vous restent les mêmes…… Mais la nouvelle « Mac » que je vois est loin d’être en bonne forme alors je vais tout faire pour qu’elle soit comme avant ! !
Avec un sourire, je le taquinai :
M- Et comment j’étais « Avant » ? ?
H- Heureuse, battante et têtue, ambitieuse, confiante, souriante et surtout……………….. pleine d’espoir.
M- Vous oubliez mon humour ! ! !
H- Exact ! ! Veuillez m’excuser votre honneur ! !
Je lui donnai une tape sur le bras et nous rîmes tous les deux de bon cœur. Harm me dit :
H- C’est bon de vous voir sourire à nouveau…
Puis il me regarda intensément, comme jamais, ou presque. Il y a vait seulement 2 fois ou j’avais remarqué ce regard : à ma soirée fiançailles chez l’Amiral et au Paraguay quand Harm était rentré dans la salle de bains pendant que je prenais un bon bain. Et à cet instant, c’était ce même regard qui me fixait… Il se pencha lentement vers moi et nos lèvres se frôlèrent. Puis elles se firent plus insistantes. Je fus transportée dans un autre monde et je souhaitai de toutes mes forces ne jamais partir ! !
Puis les mains de Harm vinrent se poser sur ma nuque, ma joue. Le baiser se fit plus insistant, plus passionné. Je m’accrochai à sa nuque comme si ma vie en dépendait et me laissai aller …………….à mes envies.
Hélas, notre baiser fut brutalement interrompu par l’arrivée d’une infirmière dans la chambre. Nos lèvres se séparèrent et l’infirmière s’excusa :
I(infirmière)- Je………je suis désolée, j’étais juste venue vous apporter çà.
Et elle me tendit un bouquet de fleurs, accompagné d’une petite carte. Harm la rassura :
H- Ne vous inquiétez pas, de toute façon je devais y aller.
I(infirmière)- Je vais vous apporter un vase Colonel.
Puis Harm me fit un « Reposez-vous, à bientôt » et il partit de la chambre. Pourquoi fallait-il toujours qu’on soit interrompus au mauvais moment ! !
Je défis le papier qui enveloppait les fleurs et l’infirmière apporta le fameux vase, elle s’en alla sans demander son reste, trop gênée de nous avoir dérangés Harm et moi en pleine action ! !
Je mis les fleurs dans le vase et lus la carte qui était avec. Il était écrit : « Rétablissez-vous bien ». Je me doute de qui çà peut venir……. Si il est……. Mon frère, pourquoi ne vient-il pas me voir ? ? ?
Une des questions que je me posais concernant l’identité de cet homme mystérieux eut un semblant de réponse lorsque je vis sur le pas de la porte de ma chambre ma mère. Elle me dit bonjour et entra dans la chambre. Je lui répondis par un bonjour et elle s’approcha de mon lit. Elle s’assit et aperçut les fleurs fraîchement mises dans le vase. Elle me posa la question :
M(ère)- Ton petit ami ? ?
M- Non je crois que tu sais très bien qui c’est…
Devant le regard interrogateur de ma mère, je l’interrogeai :
M- C’est bien mon……….. frère, n’est ce pas ? ?
Après quelques secondes de silence, elle me répondit :
Mè(re)- Oui, c’est bien lui. Il s’appelle David, et il a…….
Je lui coupai la parole :
M- …a peu près 5 ans de moins que moi. Mais bon sang, pourquoi ne m’as tu jamais rien dit ? ? tu as caché ta grossesse et puis quand tu es arrivée presque à terme tu es partie à l’hôpital, ou tu as accouché.
Mè(re)- tu n’étais qu’une petite fille à l’époque, je ne pensais pas que tu aurais pu comprendre, ou même pire tu aurais pu, par inadvertance, révélé la vérité à ton père. Et là, çà aurait été terrible pour moi ! !
M- Et à moi, tu y as pensé ? ? ?
Ma mère haussa le ton soudainement :
Mè(re)- Tous les jours ! ! ! ! je n’arrêtais pas de me répéter que j’avais fait çà pour le bien de David et pour le tien. Que je vous dirais la vérité plus tard. Il ne se passait pas une journée sans que je pense à ta réaction quand je t’annoncerait la nouvelle ! !
M- On dirait que David a trouvé la vérité avant toi. Il sait qui je suis et m’a conduit à son identité au travers de messages cachés, de la signature d’un inconnu. Tu arrives avec un train de retard sur ce coup-là.
Mè(re)- çà ne devait pas se passer comme çà…
M- Ah oui ? ? et comment çà aurait du se passer alors ? ? On se serait donné rendez-vous dans un bar et là tu me l’aurais présenté ? ?
Mè(re)- A peu de choses près oui ! ! ! Mais………
La porte de ma chambre qui s’ouvrit interrompit brutalement notre « vive » discussion. C’était Harm, et dès qu’il comprit qu’il arrivait au mauvais moment, il s’excusa :
H- désolé, je ne voulais pas vous interrompre. Je repasserai….
M- Non restez Harm. Je vous présente ma Mère, qui n’allez pas tarder à partir….
Harm, surpris, tendit une main à ma Mère, qui la serra :
H- Bonjour Madame.
M- Maman, voici le Capitaine Harmon Rabb, il travaille avec moi au bureau du JAG.
Mè(re)- Ravi Capitaine. Vous êtes aussi un avocat ? ?
H- C’est exact Madame.
Tout en me regardant, elle dit à Harm :
Mè(re)- Je suis désolée que notre première rencontre se fasse dans des circonstances aussi…………………. Négatives. Peut-être aurais-je le plaisir de vous revoir une autre fois ? ?
H- J’en serais ravi.
Mè(re)- En attendant, prenez soin de ma fille S’il Vous Plaît, cela m’est impossible, hélas…
Puis elle se tourna vers moi, après avoir desserré la main de Harm, en affirmant :
Mè(re)- Tu sais pourquoi je ne t’ai rien dit, au cours de toutes ces années ? ? ? parce que je savais que tu réagirais comme çà, mais je me disais qu’avec le temps, tu aurais pu me comprendre, mais apparemment, non. De toute façon, tu ne peux pas savoir ce que je ressens, tu n’as pas d’enfants………
Puis elle se dirigea vers la porte et la ferme. Encore secouée de sa dernière phrase, je continua, comme pour moi-même, les larmes me montant aux yeux :
M- Alors je ne pourrais jamais comprendre ce que tu ressens…

A suivre……………….
_________________
 
Revenir en haut
MSN
angel64
Membres du coeur
Membres du coeur

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2007
Messages: 2 990
Localisation: Pyrénées Atlantiques
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 龍 Dragon

Posté le: Mar 15 Juil - 19:53 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Elle me fait beaucoup de peine, sur ce coup, Mac. Heureusement, que Harm est là. Par contre, là, sa mère elle exagère un peu ! Et la dernière flêche, elle a bien atteint son but ! Il a intéret à avoir un bon moral notre capitaine. Elle ne va pas être un cadeau.
_________________
 
Revenir en haut
MSN
Sylvie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 7 844
Localisation: QG du JAG - France
Féminin Cancer (21juin-23juil) 猪 Cochon

Posté le: Jeu 17 Juil - 09:35 (2008)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public Répondre en citant

Quellle peste cette femme ! Avoir une mère de ce genre n'est pas un cadeau.... Notre Flyboy ferait bien de la mettre dehors !
_________________
Sylvie
Harm : Vous avez un homme qui vous aimera toujours.
Mac : Et vous avez une femme qui vous aime !
 
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






Posté le: Aujourd’hui à 12:00 (2017)    Sujet du message: A new Life [terminée] tout public

 
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
bg bd
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum sur David James Elliott Index du Forum -> FanFic -> Tout public -> SarahRabb Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  > 
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
bg bd

hg hd
Forum Optimis pour Mozilla FireFox ou Internet Explorer 7 avec une rsoltion de 1024 x 768.
bg bd

hg hd
:: CoolVista Thme PHPBB2 par CiRvEnT :: http://www.coolxp.fr :: CoolXP - 2007 ::
bg bd